Météo Languedoc
Prévisions météo et suivi en temps réel

Sécheresse sur le Roussillon et l'ouest Languedoc : pourquoi ?

Une sécheresse d'ampleur exceptionnelle concerne le Roussillon et une partie du Languedoc. Les secteurs les plus gravement touchés s'étirent entre les Pyrénées-Orientales, l'Est de l'Aude ainsi que sur les plaines littorales de l'Hérault et du Gard. Sur ces zones, la pluviométrie de 2023 est souvent inférieure à 250 mm et parfois même à 200 mm. Sachant que 2023 est la deuxième année consécutive de sécheresse, cette dernière ayant débuté en 2022. Cela semble impensable, d'autant qu'une grande partie de l'Europe et de la France viennent de connaître un automne exceptionnement pluvieux (records absolus par endroits)

Comment peut-on expliquer cette sécheresse ? Est-ce une nouvelle constante de notre climat méditerranéen ? Nous avons essayé de vous regrouper les principaux relevés météorologiques, de vous montrer comment les centres d'actions météorologiques ont évolué ces 20 derniers mois et d'en tirer quelques pistes de réflexion. Par ailleurs, doit-on espérer un déblocage prochain ? Avant d'entrer dans les détails, nous décidons de classer cet article dans la partie EVENEMENT du site Météo Languedoc, car il s'agit ni plus ni moins de la plus importante sécheresse des 100 dernières années. Ci-dessous, on vous propose la carte de la pluviométrie observée depuis le 1er janvier 2023 sur les régions méditerranéennes (attention, la carte comporte quelques erreurs qui proviennent de pluviomètres mal étalonnés ou bouchés du réseau secondaire)

Nous retiendrons comme données fiables pour 2023 les valeurs suivantes : 184.3 mm à Béziers-Vias dans l'Hérault (-68% de la pluviométrie normale), 212.3 mm à Leucate dans l'Aude, 245.3 mm à Perpignan-Rivesaltes dans les Pyrénées-Orientales (-53% de la pluviométrie normale), 263.9 mm à Montpellier-Fréjorgues (-58%), 466.3 mm à Nîmes-Garons (-33%) ou encore 467.7 mm à Nîmes-Courbessac (-39%). Même si la sécheresse est moindre en montagne, on soulignera également les 1515.8 mm de l'Aigoual (-22%) et 813.4 mm de Mende (environ -25% également). On retrouve également des valeurs proches de 170/180 mm depuis le 1er janvier sur le littoraux de l'Aude, de l'Hérault et du Gard (Aigues-Mortes). 

Le fait marquant de 2023 : la quasi absence d'épisode méditerranéen et cévenol. Il n'y aura eu qu'un seul événement significatif, celui du 16 septembre qui a donné de gros cumuls sur les reliefs Héraultais et plus localement autour du Pic Saint-Loup. Partout ailleurs, les fortes pluies habituelles de l'automne ont fait défaut. L'intérieur du Gard et de l'Est Hérault s'en sortent un peu mieux, avec de petits arrosages successifs qui donnent aujourd'hui l'impression que ce n'est pas sec (en surface du moins) tout comme dans l'intérieur de l'Aude. Le problème, c'est que cette année peu pluvieuse succède un 2022 déjà bien sec. Pour rappel, voici la pluviométrie des principales villes de la région en 2022 : 266.2 mm à Leucate, 306.9 mm à Perpignan, 412.5 mm à Béziers-Vias, 519.3 mm à Montpellier-Fréjorgues et 575.7 mm à Nîmes-Courbessac. Dans le Roussillon, où la situation est la plus grave, cela veut dire qu'il n'est tombé que 552.2 mm à Perpignan en DEUX ANS. C'est INFERIEUR à la moyenne annuelle qui est de 593 mm environ. Si l'on s'intéresse à Perpignan, nous disposons de relevés fiables depuis 1901 soit 120 ans. Ci-dessous, voici la pluviométrie annuelle observée depuis que la station de référence existe : 

2022 est l'année la plus sèche jamais observée. Sauf surprise majeure d'ici la fin décembre, 2023 sera la nouvelle année la plus sèche depuis le début des relevés. Fait marquant : les deux années les plus sèches en 120 ans se succèdent. C'est donc un événement climatologique EXCEPTIONNEL sur cette zone. Il y a déjà eu par le passé des sécheresses, c'est une constante de notre climat méditerranéen, mais pas de cette intensité. 

Perpignan n'est malheureusement pas la seule ville concernée. Béziers (station plus récente, avec mesure de la pluviométrie depuis 2005) semble aussi se diriger vers sont record absolu de sécheresse. Pour autant, bien qu'en déficit plus modéré en 2022, on ne retrouve pas la même succession qu'à Perpignan sur plus de deux ans. C'est aussi ça qui différencie notre niveau de communication : ce qu'il se passe dans les Pyrénées-Orientales est obejctivement "pire" que partout ailleurs

Maintenant que la sécheresse est objectivée par des chiffres et relevés pluviométriques, la question qui revient fréquemment est la suivante : POURQUOI ? Nous avons quelques pistes de réflexion à ce sujet. Le changement climatique engendre des évolutions bien différentes d'un continent à l'autre. Sur l'Europe, notamment de l'Ouest, on assiste de plus en plus fréquemment à l'élévation de l'anticyclone Açorien (normalement positionné près des Açores) vers la Péninsule Ibérique et la France. On a toujours connu des périodes anticycloniques sur notre pays, mais ces dernières sont indiscutablement de plus en plus fréquentes et nombreuses. L'anticyclone remonte de plus en plus facilement vers le nord et malheureusement en toutes saisons. 

Il est encore trop tôt pour dire que c'est LA NOUVELLE constante de notre climat, mais il est probable que cela soit l'une des principales variables du changement climatique sur notre région. Cela ne veut pas dire qu'il n'y aura plus d'épisode très pluvieux, de vague de froid ou de tempête, mais on est plutôt sur une raréfaction qui est facile à comprendre : plus c'est anticyclonique et moins le temps est dégradé. La prochaine décennie pourrait être déterminante pour savoir si c'est "un accident climatologique" ou une nouvelle tendance plus durable. Ci-dessous, on retrouve l'anomalie des géopotentiels en altitude pour octobre 2023. La situation est peu ou prou similaire pour les autres mois de l'année, notamment sur notre région, avec souvent des géopotentiels + élevés que la normale (donc un anticyclone et une stabilité atmosphérique en augmentation)

Novembre 2023 fait un peu office d'exception, avec le retour d'un puissant flux d'Ouest en Europe (le flux zonal qui était aussi classique de notre ancien climat en France). On le retrouve bien sur la carte ci-dessous : 

Cette carte est intéressante, car elle apporte une réponse supplémentaire : la récurrence des flux de sud-ouest ou d'ouest depuis plusieurs mois. Ces flux engendrent sur le Roussillon et l'Ouest du Languedoc des épisodes de foehn car le vent passe au-dessus des Pyrénées, compresse la masse d'air et la réchauffe/l'assèche. Non seulement cela entraîne l'absence de pluie, mais aussi la recrudescence des records de chaleur. Sans que cela fasse le moindre bruit, il a encore fait 23 à 24°C ce 11 décembre 2023. 

Alors quoi au final ? Il va de soit que la situation va bien finir par se débloquer à un moment ou un autre. Pour avoir de l'eau sur notre région, il faut idéalement une dépression près des Baléares. Cette situation ne s'est pas produite depuis un bon bout de temps. Pour le moment, on ne voit pas de "situation idéale" laissant espérer un déblocage sur le Roussillon et l'Ouest du Languedoc. L'année 2023 devrait donc se terminer avec des records absolus de sécheresse sur plus de 100 ans. Pour la suite de l'hiver... Le modèle saisonnier CEP entrevoit une circulation de plus en plus méridienne. C'est généralement propice à des ondulations dépressionnaires + marquées. Ces dernières pourraient gagner la Méditerranée à un moment ou un autre, mais cela peut continuer d'arroser la Provence tout en épargnant le Roussillon. Impossible de dire à cette heure quand cela va se débloquer. OIn retrouve ci-dessous les prédictions de décembre... On voit bien l'Europe toute arrosée, et ce déficit uniquement localisé à la Catalogne / Roussillon. 

En conclusion, une grave sécheresse concerne le Roussillon et l'Ouest du Languedoc, par endroits depuis deux ans. Elle s'explique par une contexte anticyclonique de plus en plus récurrent, qui pourrait en partie être lié au changement climatique. Cela ne veut pour autant pas dire que la situation est indéboulonnable. Il y aura bien un déblocage tôt ou tard, mais cela oblige les professions météo-sensibles et plus généralement la population à s'adapter à cette nouvelle constante : hautes pressions et flux de sud-ouest récurrents entraînent des périodes sèches et chaudes de plus en plus durables. 

Vous avez une question ? N'hésitez pas à nous solliciter sur nos réseaux sociaux ou via le site. Merci pour votre lecture

 

Google+

Nos derniers Evènements

Épisode neigeux du 26 au 27 février 2023...

Les régions Méditerranéennes Françaises viennent de connaître ces 26 et 27 février 2023 un épisode pluvio-neigeux qui a concerné la Côté d'Azur, la Provence et le Languedoc. Le Roussillon a été une...

28 févr. 2023 à 18:00

Lire la suite

Chutes de neige la nuit prochaine sur le...

Un épisode pluvio-neigeux a concerné une partie de l'Hérault, de l'Aude et des Pyrénées-Orientales en soirée et nuit de jeudi 19 au vendredi 20 janvier 2023. Ces chutes de neige se sont produites avec un contexte synoptique assez inhabituel,...

24 janv. 2023 à 12:00

Lire la suite

Épisode cévenol du 19 septembre 2020 : 718...

Le 19 septembre 2020, un épisode cévenol (avec une phase Méditerranéenne) s'est produit entre Gard et Hérault. Comme son nom l'indique, ce sont surtout les Cévennes qui ont été touchées par cette dégradation....

04 oct. 2020 à 18:00

Lire la suite

Canicule exceptionnelle juin 2019 : près...

Le mois de juin 2019 va rester graver dans les annales météorologiques avec une canicule d'ampleur exceptionnelle se produisant en dernière décade. Cet épisode caniculaire  débuté le lundi 24 juin 2019, avec des températures...

30 juin 2019 à 18:00

Lire la suite