Météo Languedoc
Prévisions météo et suivi en temps réel

Vers de nouvelles offensives hivernales d'ici fin mars ?

Nous l'avons encore vu cette année et cela semble devenir une habitude. Notre hiver se décompose plus ou moins en trois parties. Nous avons souvent quelques tentatives (plus ou moins réussies) en début d'hiver, début décembre. La suite est souvent plus morne avec parfois des coups de douceur anormalement élevés et fréquents. Enfin, la troisième partie se situe généralement à la fin février et courant mars avec de nouvelles tentatives hivernales. Ce constat qui était ponctuel semble devenir de plus en plus habituel au fil des années écoulées.

Cette année 2023 pourrait ne pas déroger à cela. La neige s'est invitée jusqu'en plaines pour cette toute fin février. Il n'en est plus question pour ce début du mois de mars mais l'hiver pourrait ne pas avoir dit son dernier mot. En effet, les modèles saisonniers sont en accord pour de nouvelles incursions froides.

Ci-dessus, nous avons le modèle saisonnier CFS. Ce dernier va nous servir d'illustration pour accompagner notre article. La carte représente l'anomalie de températures durant la semaine du 28 mars au 4 avril. Il faut savoir que la semaine précédente est identique dans l'idée. Le constat est simple, le modèle prévoit une semaine sous les moyennes de saison. A si long terme, il est rare de voir de telles projections. Les modèles saisonniers ont tendance à atténuer les coups de frais/froid avant de les amplifier à plus court terme.

Ce début mars, nous devrions voir une tentative de barrière anticyclonique sur l'Atlantique. Un flux de Nord-Ouest est attendu sur le pays. Cela pourrait apporter de la pluie tant attendue sur la France. La neige devrait tomber sur nos reliefs et nous pourrions globalement conserver un temps de saison. Cela ne serait que temporaire avant une autre transition. C'est surtout la fin du mois qui nous intéresse.

En effet, aux alentours du 20 mars, les modèles entrevoient une nouvelle élévation des hautes pressions en direction de l'Islande et du Groenland (couleur violette sur la carte ci-dessus). Cela pourrait laisser la place aux dépressions (en bleues) qui pourraient circuler plus bas dans un flux continental. Au final, la dernière décade du mois de mars pourrait bien ressembler à ce que nous avons eu pour cette fin février.

Impossible d'annoncer de la neige à tel ou tel endroit à une échéance si lointaine. Ici, le but est de déterminer le flux directeur sur une période, et cette fin mars pourrait être dominée par un flux d'Est plus froid. Des températures inférieures aux moyennes de saison sont envisageables, avec des gelées probablement nombreuses. Avec l'avancée de la saison, la neige en plaines devient de moins en moins probable mais ce type de flux est le seul qui peut encore générer un tel phénomène. L'hiver n'a donc pas dit son dernier mot !

Google+

Nos derniers Articles

Perturbation ce week-end : des pluies copieuses...

Analyse du contexte météorologique en cette fin de semaine et pour le week-end à venir :  Ce vendredi, une dorsale anticyclonique s'étire des Açores jusqu'au Groenland. Elle favorise un décrochage polaire fortement dépressionnaire,...

01 mars 2024 à 18:00

Lire la suite

Risque de neige à très basse altitude ce...

Cet hiver 2023-2024 a été totalement vide de suspense pour celles et ceux qui espéraient de la neige en plaines. Sans que cela soit une certitude dans notre climat, nous avons habituellement plusieurs tentatives hivernales permettant de croire (parfois à...

29 févr. 2024 à 18:00

Lire la suite

Prévisions météo : vers une nouvelle perturbation...

1) Analyse du contexte météorologique ce 28 février et perspectives pour début mars :  L'épisode pluvio-neigeux qui a concerné l'Aude et les Pyrénées-Orientales est désormais terminé. Si les précipitations...

28 févr. 2024 à 18:00

Lire la suite

Violente tramontane et tourmente près des...

1 - ANALYSE DU CONTEXTE ATMOSPHÉRIQUE CE 27 FÉVRIER 2024 Nous demeurons ce mardi sous l'influence d'un goutte froide méditerranéenne (on parle de cut-off) en progressive résorption. Elle est dédoublée d'un minimum dépressionnaire...

27 févr. 2024 à 18:00

Lire la suite