Prévisions & Suivi en temps réel

Retour sur l'épisode neigeux exceptionnel les 7 et 8 Mars 2010

Arènes de Nîmes © Vincent Lhermet

RÉSUMÉ     

    Après un mois de Janvier et de Février déjà bien froid et neigeux sur les régions méditerranéennes, Mars 2010 débute de la même façon : nos régions s'apprêtent à connaître une nouvelle vague de froid potentiellement humide. Jours après jours, les modèles de prévision numérique confirment ce potentiel humide mais personne ne sait encore s'il fera assez froid pour que la neige gagne les plaines. La veille de l'épisode, le 6 Mars 2010, la situation n'est toujours pas figée : il va faire froid et des précipitations vont remonter de Méditerranée mais la limite pluie/neige pourrait se situer à 300 ou 400 m d'altitude... Au petit matin du 7 Mars, le mistral est déjà soutenu en vallée du Rhône. Malgré un vent de Nord qui ne cesse de se renforcer, de gros nuages remontent de mer. C'est un premier élément qui a indiqué qu'il neigerait jusqu'en plaine, à savoir la présence du "mistral noir".

Ce dernier est un vent de terre qui, contrairement à ce que l'on observe généralement, n'assèche pas la masse d'air et laisse passer les précipitations. Il joue aussi un rôle prépondérant sur les températures, puisque ces dernières ont alors du mal à s'élever. Beau coup de maître de Météo-France, avec une vigilance ORANGE neige déclenchée à 6h du matin sur tous les départements qui bordent la basse vallée du Rhône. A la mi-journée, de petites averses gagnent déjà les Alpilles et la région Nîmoise et terminent de prouver qu'il fait assez froid pour neiger en plaine. En fin d'après-midi, la dégradation s'est véritablement amorcée et de violentes chutes de neige ont d'abord touché l'Ouest des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse, le Sud de la Drôme et de l'Ardèche, le Gard, l'Hérault puis plus tardivement l'Aude et les Pyrénées-Orientales (le lendemain) et enfin la région Midi-Pyrénées. Les hauteurs sont impressionnantes en plaine et la neige est très lourde, de nombreux arbres cassent sous son poids et le réseau routier de la région est totalement paralysé du 7 au 9 Mars. Retour sur un épisode exceptionnel.


IMAGERIE RADAR DURANT L'ÉPISODE

En soirée du 7 au 8 Mars 2010, les précipitations neigeuses touchent essentiellement l'Ouest des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse, la région Rhône-Alpes, la Lozère et le Gard ainsi que l'Est de l'Hérault. Les plus fortes intensités sont observées entre le Rhône et la plaine Nîmoise, où on relève souvent 7 à 8 cm de neige supplémentaire par heure. Il est à noter qu'en fin de soirée, un orage remonte de mer et la foudre est visible à Montpellier, Nîmes et Arles...


Image title

En deuxième partie de nuit (voir imagerie radar ci-dessous, à 3h du matin) il continue de neiger fortement sur le Languedoc mais fait nouveau, les vents commencent à pivoter et emportent progressivement le panache neigeux en direction de l'Aude et des Pyrénées-Orientales. Les précipitations se font temporairement sous forme de pluie et de grésil sur le littoral des P.O mais la neige ne tarde pas à prendre le dessus de partout. Il est à noter qu'à ce moment là, un épais manteau de 10 à 25 cm recouvre l'Est du Languedoc et ponctuellement, il tombe plus de 40 cm dans les garrigues au Nord-Est de Nîmes, où un axe convergent s'est maintenu tout au long de la soirée.




Image title


Le lendemain en matinée (8 Mars, à 11 heures locales du matin) les chutes de neige sont toujours aussi fortes sur l'Aude et les Pyrénées-Orientales, où l'on relève fréquemment 20 à 40 cm de neige lourde, mais localement plus de 50 cm à proximité de littoral. Quelques averses neigeuses touchent encore le Gard et l'Hérault mais la tendance est à l'accalmie sur l'Est du Languedoc. Au final, les chutes de neige ont perduré jusqu'en fin d'après-midi sur le Roussillon, rajoutant une couche de plusieurs dizaine de centimètres par endroit, pour des hauteurs totales parfois supérieures à 60 cm en plaine.

Image title


COUCHE DE NEIGE OBSERVÉE PAR DÉPARTEMENT :

Les valeurs énumérées ci-dessous sont à la fois consécutives aux relevés effectués par Météo-France (pour les stations officielles) mais aussi par des passionnés de météorologie des forums d'Infoclimat. La neige étant lourde et collante, il est possible (et même fort probable) que certains relevés effectués plusieurs heures après le paroxysme de l'épisode soient biaisés, la neige s'étant tassée. Néanmoins, cela donne une bonne idée de cette journée mémorable.

Lozère (48) :
        - 30 cm à Villefort
        - 22 cm à Cassagnas
        - 12 cm à Chateauneuf-de-Randon
        - 4 cm à Mende 

Gard (30) :
        
- 43 cm à Cabrières
        - 42 cm à St-Gervasy
        - 33 cm à St Christol lez Alès
        - 33 cm à Connaux
        - 31 cm à Sernhac
        - 30 cm à Tresques
        - 28 cm à Quissac
        - 26 cm à Nîmes
        - 25 cm à St-Paulet de Caisson
        - 11 cm au Grau du Roi

Hérault (34) :
        - 20 cm pour Saint-Clément-de-Rivière
        - 18 cm Villetelle
        - 13 cm à Lodève

Aude (11) :
        - 48 cm à Quillan
        - 35 cm à Pomas
        - 26 centimètres à Villegailhenc
        - 20 cm à Luc s/ Orbieu
        - 16 cm à Castelnaudary
        - 14 cm à Cuxac d'Aude

Pyrénées-Orientales (66):

  - 110 cm à Caudiès de Conflent
        - 90 cm à Formiguères
        - 85 cm à Prats de Mollo la Preste
        - 85 cm à St Pierre dels Forcats
        - 85 cm à Saint Laurent de Cerdans
        - 81 cm à Montesquieu des Alberes
        - 75 cm à Lamanère
        - 73 cm à Thuès entre Valls
        - 72 cm à Serralongue
        - 65 cm à Arles sur Tech
        - 60 cm à Porté Puymorens
        - 60 cm à Amélie les Bains
        - 50 cm à Port-Vendres
        - 47 cm à Céret
        - 45 cm à Sainte Léocadie
        - 43 cm à Thuir
        - 42 cm à Argelès sur Mer
        - 35 cm à Codalet
        - 35 cm à Perpignan


PHOTOGRAPHIES 


Image title

Nîmes © Vincent Lhermet


Image title

Joncquières-Saint-Vincent © Tf1 News



Image title

Sallèle d'Aude © Tf1 News 


Image title

Centre ville de Montpellier © Tf1 News 


CONTEXTE MÉTÉOROLOGIQUE

L'épisode neigeux des 7 et 8 Mars 2010 est caractérisé par une configuration qui est propre à l'hiver 2010 : un anticyclone perché sur les Îles Britanniques et un flux de secteur Est à Nord-Est qui traverse toute l'Europe, en provenance de la Russie. Ce flux continental déboule alors sur l'Espagne et le bassin Méditerranéen Occidental, où l'eau de mer est douce. Cela a favorisé le développement d'une cyclogénèse très active (dépression) sur l'Espagne, avant qu'elle traverse les Baléares en direction du golfe du Lion. L'air froid en provenance de l'Europe a induit le maintien du mistral durant l'épisode mais la dépression en Méditerranée a fait pivoter les vents au secteur Sud en altitude ! Cet épisode relève d'un mécanisme météorologique particulièrement délicat, où le vent de Nord ne doit pas être trop fort sinon il assèche. Aussi, le vent de Sud ne doit pas être trop vigoureux en altitude pour ne pas trop réchauffer la masse d'air.


Image titleSource : Météociel


Partager sur