Prévisions & Suivi en temps réel

Canicule exceptionnelle juin 2019 : près de 46°C sur le Gard et l'Hérault !

Le mois de juin 2019 va rester graver dans les annales météorologiques avec une canicule d'ampleur exceptionnelle se produisant en dernière décade. Cet épisode caniculaire  débuté le lundi 24 juin 2019, avec des températures atteignant 33 à 36°C des régions Méditerranéennes au centre de la France. Ce n'est vraiment qu'à partir du 25 juin 2019 que la chaleur s'est généralisée, avec des pointes entre 35 et 40°C près de la Méditerranée, ainsi que de Rhône-Alpes au Centre. Le paroxysme de la canicule a été atteint le 26 juin 2019 sur les régions centrales et du nord.

Sur les régions Méditerranéennes, là où l'événement a été le plus exceptionnel, le pic de chaleur se produit le vendredi 28 juin 2019. Durant cette journée historique, de très nombreux records absolus mensuels, tous mois confondus ainsi que le record national de température maximale ont été pulvérisés. Au travers de ce retour d'expérience, nous allons revenir sur le contexte météorologique associé à cette canicule qui, nous le rappelons, a été bien anticipée par les services météorologiques.

Le contexte météorologique est finalement bien connu des prévisionnistes. Une dépression s'est isolée 1500 km au large de l'Espagne et du Portugal, en plein Atlantique. Comme indiqué sur la carte ci-dessus, les vents tournent dans le sens inverse des aiguilles d'une montre autour d'une dépression. Dans ce contexte, un flux de secteur Sud provenant de l'Afrique Saharienne s'est installé en France.

Cette configuration n'est pas exceptionnelle en soit et tend à se produire de plus en plus souvent. On parle en général de "pompe à chaleur". Ce qui est exceptionnel, c'est que le flux de sud a advecté une masse d'air extrêmement chaude pour nos latitudes. La barre des 30°C à 850 hPa (l'équivalent d'une altitude de 1500 m environ) a été atteinte durant près de 72h sur le pays, ce qui est une PREMIERE depuis que des relevés sont effectués. A titre de comparaison, la T°C 850 hPa était souvent voisine de 25°C durant l'été 2003. Ci-dessous, un zoom de l'historique journée caniculaire du vendredi 28 juin 2019 :

Le 12 août 2003, le département du Gard enregistrait déjà la température la plus haute jamais mesurée en France avec 44.1°C à Conqueyrac. Cette valeur semblait difficilement atteignable ces dernières années, bien que quelques pointes > 41/42°C furent observées sur le territoire de façon très ponctuelle. Ce 28 juin 2019, plus de 10 postes de mesure ont enregistré une température maximale > 44.1°C (ancien record). Nous retiendrons ici quelques grosses valeurs avec une liste non exhaustive :

- 45.9°C à Gallargues-le-Montueux (GARD)
- 45.4°C à Villevieille (GARD)
- 45.1°C à Marsillargues (HÉRAULT)
- 44.4°C à Nîmes-Courbessac (GARD) : ancien record de 41.6°C le 9 août 1923 et le 4 août 2017)
- 44.3°C à Carpentras (VAUCLUSE)

Nous noterons également les exceptionnelles valeurs relevées sur les plaines littorales ainsi qu'en altitude :

- 43.5°C à Montpellier-Fréjorgues (HÉRAULT) pulvérisant les 37.7°C (ancien record) du 4 août 2017.
- 42.4°C à Perpignan (PO), pulvérisant les 40.5°C du 07 juillet 1982.
- 29.9°C au Mont-Aigoual (GARD), battant les 29.4°C du 09 août 1923.

Pour les 45.9°C de Gallargues-le-Montueux, il s'agit du nouveau record absolu de France métropolitaine. Cette valeur classe la France au 5ème rang des pays en Europe ayant enregistré une T°C maximale aussi élevée. Ce n'est bien évidemment pas anodin. Autre remarque : quasiment tous les records de canicule se produisent en général au mois d'août. Il est important de comprendre qu'ils ont été pulvérisés au moins de juin cette fois ci. L'écart aux moyennes saisonnières a atteint durant cette journée +16 à +19°C sur les régions Méditerranéennes. C'est tout simplement EXCEPTIONNEL !

Cette journée marque également une première dans l'histoire de la vigilance météorologique. Le niveau maximal (vigilance ROUGE) a été déclenché par Météo-France le 27 juin 2019 à 16h pour cette exceptionnelle journée. Les départements des Bouches-du-Rhône, du Vaucluse, du Gard et de l'Hérault sont concernés par cette vigilance rouge, alors que près de 75 autres sont en vigilance orange. Les conséquences attribuées directement ou indirectement à cette canicule sont lourdes et probablement pas encore connues de façon exhaustive à l'heure de rédaction de cet article (le 30/06/2019). Sur l'Hérault et le Gard, là où le coup de chaleur a été le plus violent, nous retiendrons notamment de gros dégâts sur les vignobles et la végétation.

Certains domaines viticoles annoncent que 30% de la production a été brûlée par le coup de brasier qui a concerné le secteur (pour rappel, plus de 45°C avec un taux d'humidité très bas < 10%). Voir la photo ci-dessous du CHAI D'ÉMILIEN publiée sur les réseaux sociaux de Météo-Languedoc : 

  • Autre conséquence, près de 50 feux de forêt ont été observés sur le département du Gard durant cette journée, dont plusieurs très importants. Si ces incendies semblent majoritairement le fait de pyromanes, il n'en demeure pas moins que les conditions climatologiques exceptionnelles qui ont dominé durant cette journée ont participé au lourd bilan reporté… Selon les pompiers du Gard, près de 570 hectares de végétation ont été brûlés. Au total, au moins 11 maisons, 4 hangars agricoles et 4 mobile-homes sont détruits. Nous déplorons la perte de 4 chevaux décédés et d'environ 15 personnes blessées, dont 11 pompiers. L'autoroute A54 a été fermée durant plusieurs heures. Nous pouvons ci-dessous observé un cliché des incendies depuis l'autoroute (crédit photo : Florian Revilla.



Partager sur