Prévisions & Suivi en temps réel

Épisode cévenol du 19 septembre 2020 : 718 mm à Valleraugue !

David Trial pour Météo Languedoc

Le 19 septembre 2020, un épisode cévenol (avec une phase Méditerranéenne) s'est produit entre Gard et Hérault. Comme son nom l'indique, ce sont surtout les Cévennes qui ont été touchées par cette dégradation. Retour sur cet événement qui reste très important même s'il est intervenu dans un secteur habitué à avoir de la pluie, surtout en automne. Nous allons voir quelles étaient les prévisions, les comparer aux observations pour enfin finir sur les dramatiques conséquences. Pour commencer, rappelons que nous avions évoqué ce risque depuis fin août. Cette prévision s'est progressivement affinée au fil des jours. Pour autant, les détails plus précis ont été incertains jusqu'au jour J.

Si le risque d'épisode pluvieux était bien entrevu, l'intensité et la localisation exacte des pluies ont été très indécises jusqu'au dernier moment. Ce qu'il faut savoir c'est que même en temps-réel, les modèles n'arrivaient pas à assimiler ce qu'il se passait en réalité. La veille, la vigilance orange fût déclenchée uniquement pour le département de l'Hérault tandis que le Gard restait en jaune. Ce n'est que le lendemain matin que la Gard a été placé en vigilance orange avant de passer en rouge suite à la crue du Gardon.

Source : Météociel (carte de gauche) / Infoclimat (carte de droite)

La vigilance faisait état d'une prévision de 120 à 150 mm sur les Cévennes. Ci-dessus, il y a une comparaison entre la prévision la veille de l'épisode (carte de gauche) et la réalité avec les cumuls de pluie (carte de droite). Sur la carte de gauche, il s'agit du modèle arome actualisé moins de 12h avant le début de l'épisode. Il s'agit donc d'une très courte échéance. On remarque bien le signe de pluie avec 40 à 60 mm sur le Gard mais aussi une ligne fortement pluvieuse entre Hérault et Aveyron où l'on atteint 80 à 100 mm. Si l'on se tient à cette carte brute (arome est censé être un très bon modèle pour ce type d'événement), aucune crainte à avoir. Des cumuls de 100 mm en Cévennes, cela reste banal et sans conséquence.

Oui mais voilà, la réalité est bien différente. D'une prévision d'environ 100 mm, nous passons à un cumul exceptionnel de 718 mm à Valleraugue, au pied de l'Aigoual (carte de droite). Bien que la météo n'est pas une science exacte, avoir une telle différence reste rare. En effet, un axe orageux très intense s'est mis en place dès la fin de nuit près de l'Aigoual pour y stationner pendant de longues heures. Les intensités pluviométriques ont battu des records avec 138 mm en 1h. Autrement dit, en 1h, il est tombé plus que ce que voyaient les modèles sur l'ensemble de l'épisode.

Conséquence directe, des crues soudaines associées à des ruissellements importants se sont mis en place sur les Cévennes. Exemple ci-dessus avec la crue éclair du Gardon filmée à Anduze où on observe bien la vague souvent décrite dans les inondations Méditerranéennes. Le secteur le plus affecté se situe autour de Valleraugue où le bassin amont de l'Hérault est en crue. Le village est fortement touché par les inondations et se retrouve rapidement isolé. Les deux bassins versants les plus concernés sont l'Hérault amont mais aussi le Gardon amont, deux cours d'eau prenant leur source dans les Cévennes.

Anduze dans le Gard ou encore Laroque dans l'Hérault sont à leur tour inondés en cours de journée avec la propagation de la crue. Les hauteurs d'eau sont importantes et de nombreux commerces sont inondés dans le centre d'Anduze. D'autres villages sont aussi atteints comme Saint-Jean-du-Gard (vidéo ci-dessous) :

Le bilan bilan humain est dramatique avec la mort de deux personnes, emportées par la force de l'eau. Rappelons que la mauvaise anticipation de l'événement ajoutée à la rapidité des crues ont surpris les habitants qui ont généralement une bonne culture de ces épisodes cévenols. La nature peut être belle mais aussi destructrice et ne cesse de nous le rappeler. De même, les technologies évoluent et les prévisions météorologiques s'améliorent. Pour autant, il est encore très difficile voire impossible de prévoir précisément où l'orage tombera et avec quelle violence.

Le sujet du réchauffement climatique est souvent avancé lié à la température de la mer. Il y aurait beaucoup de choses à dire sur ce thème. Il est certain que Valleraugue et les hameaux aux alentours ne sont pas forcément concernés par l'urbanisation à outrance, présente sur les plaines et littoraux. Si l'on remonte le temps, nous retrouvons un épisode encore plus exceptionnel en 1900 où on relevait 950 mm en 10h. Ces épisodes ne sont donc pas nouveaux. Leur fréquence se semble pas augmenter pas avec le réchauffement climatique. La mer a beau être à 10 ou 30°C, si aucune dépression ne vient fournir l'étincelle, aucune orage diluvien ne prendra naissance sur les Cévennes. En revanche, une mer chaude favorise une évaporation plus importante. Les nuages qui passent sur cette eau chaude ont un contenu en eau plus élevé. Les épisodes pourraient être de plus en plus violents si l'on tient cette hypothèse. Toutefois, il s'agit ici de climatologie et nous avons besoin de statistiques encore plus fournies et d'un signal encore plus net pour valider la théorie.

Source : Météociel

Partager sur