Prévisions & Suivi en temps réel

Vers une dynamique atmosphérique favorable aux épisodes pluvieux ?

Nous sommes actuellement sous l'influence d'une goutte froide faiblement dépressionnaire qui glisse des îles Britanniques vers la France. Elle est associée à une descente d'air modérément froid sur toute la France. A ce titre, le mois d'octobre 2020 est pour le moment thermiquement déficitaire à l'échelle de la France. Si cela persiste jusqu'en fin de mois, cela mettra fin à un excédent thermique mensuel récurrent depuis 16 mois (série la plus longue jamais observée depuis le début des relevés).

Nous allons composer avec ces petites gouttes froides pendant quelques jours, y compris sur nos régions méditerranéennes. Toutefois, les conséquences sont assez limitées concernant le temps "sensible". Pour demain mercredi, nous aurons encore une alternance d'éclaircies et de nuages en plaines et bord de mer, alors que les nuages seront plus nombreux sur les reliefs. Des averses vont se déclencher sur ces zones, avec du grésil/neige roulée parfois dès 1200/1400 m en Lozère et 1300/1500 m sur les Pyrénées. Quantités insignifiantes. 

Jeudi, le temps restera assez maussade en général avec de nouveaux passages nuageux attendus et localement des averses sur les reliefs, toujours sous forme de neige au-dessus de 1300 à 1500 m d'altitude. Il faudra attendre vendredi pour observer le retour de conditions parfaitement ensoleillées en plaine et bord de mer. Mistral et tramontane continueront de souffler en rafales de 50 à 70 km/h selon les secteurs.

Bonne nouvelle, le soleil va se maintenir tout au long du week-end, avec toujours du vent et des températures assez fraîches. Des gelées sont attendues de partout en montagne au-dessus de 1000 m. En plaine, le vent va limiter la baisse des températures, mais nous aurons des minimales voisines de 4 à 6°C dans l'arrière-pays pour des maximales plus agréables de 16 à 19°C. 

Peut-on espérer que le beau temps dure ? Pas vraiment ! Nous ne serons pas catégoriques pour le moment, mais les modèles déterministes entrevoient un net changement de circulation atmosphérique la semaine prochaine. Plusieurs systèmes dépressionnaires devraient se constituer sur l'Atlantique. Il faudra voir où ils circulent exactement, mais en fonction de leur position, nous attendons des dégradations marquées sur le sud de la France (Méditerranée) et l'Espagne.

Il est à souligner que ce contexte dépressionnaire aura été précédé d'air froid ce qui pourrait limiter l'instabilité de la masse d'air. Toutefois, la présence d'un fort dynamisme atmosphérique, aussi bien au sol qu'en altitude, ainsi que d'une faible mobilité des dépressions, sont autant de facteurs pouvant favoriser un événement fort quelque part entre l'Espagne et le sud de la France. A surveiller sans s'inquiéter pour le moment : nous aurons largement le temps d'y revenir dans les prochains jours. 

Partager sur