Prévisions & Suivi en temps réel

Vers un net changement de temps en novembre ?

Ce mois d'octobre 2022 s'apprête à se terminer comme il a commencé : sous le signe d'une douceur exceptionnelle. Les températures se situent 3 à 4°C au-dessus des moyennes saisonnières, ce qui devrait placer ce mois d'octobre comme l'un des plus chauds observés depuis le début des relevés météorologiques il y a environ 100 ans, pour ne pas dire LE plus chaud (données à affiner dans les prochains jours). En effet, nous demeurons à cette heure sous l'influence d'un flux de secteur sud prédominant, à courbure anticyclonique.

Il est vrai qu'anticyclone ne rime pas forcément avec soleil à cette période de l'année, comme en témoignent les nombreux nuages bas que l'on a sur notre région depuis deux semaines. Ce type de temps va globalement se maintenir jusqu'à la fin du mois et on pourrait même terminer en apothéose avec un week-end à venir beau et chaud. Si quelques nuages bas sont à prévoir au lever du jour près des plaines littorales, nous aurons des journées bien ensoleillées entre samedi et dimanche (il faudra en profiter) et surtout très chaude pour la saison l'après-midi. 

Les maximales vont osciller entre 23 et 25°C en plaine ce week-end, localement 26°C dans l'intérieur de l'Aude et du Gard. Nous commençons à observer des signaux insistants de changement de temps pour ce mois de novembre 2022, ce qui est logique avec l'avancement vers l'hiver. Une dégradation transitoire est finalement envisagée pour la Toussaint, surtout sur l'Est du Languedoc entre l'Hérault, le Gard et la Lozère. Cette perturbation est liée au renforcement progressif de l'activité dépressionnaire sur l'Atlantique. Les talwegs dépressionnaires vont finir par osciller sur le proche Atlantique.

Dans ce contexte, des pluies sont probables le 1er novembre sur les départements précités (quantités très modestes), alors que la sécheresse restera omniprésente sur le Roussillon et l'Ouest du Languedoc. Juste après cela, nous devrions transiter vers un courant zonal (flux d'Ouest parfois anticyclonique, parfois dépressionnaire) et faiblement ondulant. Cela signifie que de petites perturbations sont à prévoir début novembre, avec une douceur commençant à être "moins marquée" et plus "irrégulière" (baisse des températures à l'arrière des petites perturbations). Assez peu d'eau en soit, mais une transition atmosphérique se mettant en place. 

La suite du programme est incertaine car lointaine. Toutefois, le changement de régime semble se confirmer aussi bien sur le modèle CEP que sur le modèle GFS. L'activité dépressionnaire tendrait à se renforcer sur l'Atlantique et le nord de l'Europe et nous devrions, peu à peu, basculer vers un flux de nord-ouest ou de nord (à ajuster). Si ce scénario se confirme, la baisse des températures serait sensible sur l'ensemble de la France, favorisant d'ailleurs le retour de la neige sur les Pyrénées et la Lozère à moyenne altitude !

Nous ajusterons les prévisions dans les prochains jours car la courbure du flux va déterminer l'intensité de la baisse des températures mais aussi la quantité de pluie à prévoir. Notez toutefois que la grande douceur devrait prendre fin d'ici une dizaine de jours. Ci-dessous, voici le scénario du modèle GFS : 

Partager sur