Prévisions & Suivi en temps réel

Vers le retour d'un temps plus frais en août ?

Ce mois de juillet a été contrasté sur le pays et notre région n'y a pas échappé. Après une période sous les moyennes de saison en milieu de mois, nous connaissons actuellement des températures plus élevées. Si cela n'est pas exceptionnel pour notre climat Méditerranéen, nous sommes repassés au-dessus des normales de saison. Au final, à ce jour, nous sommes 0,5°C au-dessus des moyennes de saison pour ce mois de juillet qui parait souvent "pourri" aux yeux de nombreuses personnes. En lien avec le rapprochement d'une goutte froide, le temps est plus changeant ce week-end. Cela pourrait s'accentuer pour ce début août. Explications.

Un signal de NAO- est apparu sur les modèles à moyen terme. Que cela signifie-t-il ? Nous attendons un changement de temps pour la première moitié du mois d'août. Les hautes pressions devraient rester éloignées de notre pays permettant à un axe de basses pressions de glisser sur le Royaume-Uni et la France.

Malgré l'échéance, la fiabilité est plutôt bonne étant donné que l'ensemble des modèles à moyen terme sont en accord sur le contexte global. Comme toujours, il faut dissocier les tendances globales sur le placement des centres d'actions et la prévision plus affinée à l'échelle d'une région, d'un département ou d'une ville. Si cela se confirme, nous pourrions passer dans un flux souvent orienté à l'Ouest/Nord-Ouest sur la France. Ainsi, les températures devraient s'orienter à la baisse et auraient de bonnes chances de passer sous les moyennes.

Quelques précautions s'imposent. Ces conditions seraient favorables à un temps souvent perturbé sur la majorité du pays accompagné de températures plus fraîches. Les régions Méditerranéennes seraient plus épargnées bien que les dégradations les plus dynamiques pourraient parvenir à traverser tout le pays. Après le 10 ou 15 août, l'anticyclone pourrait reprendre du terrain surtout par le Sud du pays. D'un régime en NAO-, nous pourrions passer en NAO+ avec donc des hautes pressions qui repousseraient les basses pressions plus au Nord. Nous pourrions, dans ce cas, renouer avec des conditions plus estivales. A suivre !

Partager sur