Prévisions & Suivi en temps réel

Très fortes chaleurs ce week-end !

On ne peut pas dire que l'on ressentait la chaleur ce mercredi. En effet, le ciel, très nuageux, a limité la hausse du thermomètre. Cela est très relatif car nous avons pu atteindre 26 à 27°C tout de même soit les moyennes de saison tout simplement. Il faut donc attendre une journée moins chaude et nuageuse pour retrouver des valeurs proches des normales. Ce jeudi sera plus ensoleillé mais mistral et tramontane souffleront assez fortement. Après les nuages, c'est le vent qui limitera la hausse des températures. La vraie hausse est attendue dès vendredi.

Une dorsale anticyclonique va s'installer sur le Sud du pays en remontant depuis l'Espagne. Elle va drainer de l'air chaud et plus instable sur le pays. L'instabilité touchera plutôt le Sud-Ouest de la France nous laissant à l'écart. Sur notre région, il s'agira avant tout de conditions sèches, ensoleillées mais surtout très chaudes. Vendredi, le vent de terre soufflera encore avant de laisser la place au vent marin samedi.

Carte : Météociel

Dès vendredi, le thermomètre va vite grimper avec des maximales qui atteindront 32 à 34°C, localement 35°C notamment sur l'Hérault où le vent sera moins présent et permettra cette hausse des températures. Samedi, avec l'arrêt du vent et la mise en place de brises marines, la chaleur va s'accentuer surtout dans les terres. Sur les littoraux, le vent marin tempèrera les maximales. Le ressenti sera donc bien différent entre les plages où nous resterons sous les 30°C tandis que nous pourrons dépasser les 35°C dans les terres avec pourquoi pas des pointes à 36°C. Dimanche, cette chaleur pourrait encore monter d'un cran.

Encore une fois, nous serons dans une configuration de vent marin avec donc les plus hautes températures dans les plaines intérieures. La barre des 35°C pourrait, très probablement, être de nouveau dépassée. Ce mercredi matin, le modèle Européen CEP modélise des maximales pouvant atteindre 37 à 38°C sur le Gard notamment. Ces températures seraient plus de 10°C au-dessus des moyennes de saison. Il faut bien se rendre compte du caractère exceptionnel que nous vivons depuis le début du mois de mai avec des températures sans cesse plusieurs degrés au-dessus des normales sans aucun intermède plus frais.

Carte : meteologix

S'il y a bien un autre paramètre qui inquiète c'est la pluie. Les précipitations sont rares et quand elles tombent elles restent faibles et localisées. Ci-dessus, il s'agit de la modélisation des cumuls de pluie par le modèle CEP entre aujourd'hui et le 18 juin (soit une échéance de 10 jours). On remarque une absence de pluie sur le quart Sud-Est de la France. Cela peut encore évoluer d'ici là mais il semblerait bien que cette période de sécheresse se poursuive encore et toujours sans aucune opportunité pluvieuse (excepté un possible risque orageux uniquement sur les reliefs).

Partager sur