Prévisions & Suivi en temps réel

Retour du froid et de la neige à basse altitude vers le 20 mars ?

Nous confirmons un risque de coup de froid - pour ne pas dire une vague de froid tardive - vers le 20 mars. Ce coup de froid, confirmé unanimement par les modèles de prévision aujourd'hui, devrait durer plusieurs jours et s'accompagner d'un risque de neige à très basse altitude sur de nombreuses régions. Faisons le point ci-dessous. Tout d'abord, intéressons-nous à l'évolution du contexte synoptique et atmosphérique entre ce week-end et celui d'après, afin de comprendre les enjeux et possibilités à venir.

On constate sur la carte ci-dessous à gauche que les hautes pressions vont s'élever dès ce week-end entre les Açores et l'Islande, alors que les basses-pressions vont être repoussées vers l'Europe du Centre et de l'Est. Soit. Si on regarde 5 jours plus tard, pour le 19 mars, on remarque la mise en place d'un dôme de hautes pressions entre les Açores, la Grande-Bretagne et la Scandinavie. Dans le même temps, un décrochage polaire va s'opérer près de la Russie, vers le 17 mars, et il devrait ensuite traverser l'Europe jusqu'à la France et peut-être même l'Espagne. 

Que dire de plus à cette échéance ? Si la trajectoire de la coulée froide se fait sur la France, de l'air très froid va être advecté, nous positionnant 5 à 7°C sous les normales saisonnières durant plusieurs jours. En bref, cela induirait (notez le conditionnel) des gelées généralisées et parfois sévères, avec de la neige possible jusqu'en plaine, y compris sur nos régions Méditerranéennes. Oui, oui... ! C'est un peu un cas d'école, certes tardif. L'autre possibilité est qu'au fil des jours la coulée froide soit vu passer plus au sud, vers l'Italie. Ce n'est pas écarté et nous l'avons déjà vu par le passé.

Dans ce cas là, le flux d'Est sera moins dynamique mais il fera quand même froid. Des gelées nocturnes seraient observées, mais moins sévères, avec des risques de neige plus diffus dirons-nous. Dans ces deux scénarios, nous aurions des problématiques de gel pour l'agriculture, sur la plupart des bassins arboricoles Français, Italiens et du nord de l'Espagne. Voici l'anomalie prévue des températures à 850 hPa ci-dessous par le modèle CEP. C'est assez rare à cette période de l'année. En bref, les enjeux des prochaines journées sont de savoir où va passer la coulée froide principale. Nous y verrons alors plus clair. 

Tout comme hier, nous vous mettons en comparaison le modèle CFS ci-dessous, pour la période qui s'étire du 18 mars au 01 avril 2021. Le constat est sans appel : le froid n'a de cesse de se renforcer au gré des actualisations sur une bonne partie de l'Europe, notamment la France. Il est donc sérieux de penser que nous nous dirigeons vers un coup de froid marqué et tardif, avec un risque de gel assez important et généralisé. Aussi, ce type de flux est connu pour favoriser les risques de neige près de la Méditerranée.

Un scénario que nous affinerons encore demain, mais qui vient largement confirmer la tendance évoquée hier. 

Partager sur