Prévisions & Suivi en temps réel

Retour d'un froid hivernal : à quoi s'attendre ?

L'air froid s'est déjà installé sur le pays avec le retour de bonnes chutes de neige sur les massifs montagneux de notre pays, parfois à basse altitude. Le froid est plus limité sur notre région. On distinguera toutefois la Lozère où la neige tombe par giboulées. Sur les plaines et littoraux, le ressenti n'est pas forcément très agréable avec un mistral et une tramontane souvent de la partie mais les températures restent plutôt douces ou de saison. En effet, nous sommes actuellement soumis à un flux de Nord-Ouest. Ce type de situation apporte un temps frais et perturbé sur une majorité de la France et notre région reste souvent protégée.

Une dorsale anticyclonique va progressivement s'élever vers la Grande-Bretagne et les hautes pressions vont s'isoler entre l'Irlande, l'Islande et la mer de Norvège. Cela va alors ouvrir la porte aux basses pressions qui vont circuler dans un flux d'Est à Nord-Est. C'est le fameux "Moscou-Paris". Contrairement au début du mois de février où l'air froid était resté sur le Nord du pays, cette fois-ci le froid va également gagner la moitié Sud et les régions Méditerranéennes.

Carte : Tropicaltidbits

Attention de bien comprendre les enjeux. Nous ne sommes pas face à une situation inédite qui va former une banquise sur les berges du Rhône. La saison froide est globalement derrière nous. Nous sommes déjà dans le printemps météorologiques et arrivons bientôt au printemps calendaire. Les journées sont longues et le réchauffement diurne est bien plus important qu'au mois de janvier. Nous avons déjà eu une situation assez similaire ces dernières années. Il suffit de remonter au 25 mars 2020 pour rertouver une goutte froide qui avait apportée de la neige dans l'intérieur du Gard. Toutefois, la situation de cette année pourrait être un cran au-dessus de celle de l'année dernière surtout d'un point de vue du froid drainé par ce flux d'Est.

Il est encore trop tôt pour donner une prévision fine et dire s'il va neiger et si oui où et en quelle quantité. Plusieurs paramètres importants sont à prendre en considération. De l'air froid trop sur nous nous apporterait un temps très froid mais sec. De l'air humide trop présent repousserait l'air froid avec un temps moins froid mais perturbé. Comme toujours, il faudra analyser avec précision ces paramètres qui s'affineront au fil des jours.

Carte : Infoclimat

Sur la carte ci-dessus, chaque trait représent un scénario de l'ensembliste GEFS. Plus concrètement, cela nous permet de voir où sont situées les incertitudes. On observe très bien le trajet de la goutte froide qui pousse jusque sur l'Espagne. Cela indique une bonne fiabilité sur le drain froid qui nous attend pour la fin de la semaine prochaine. Le retour d'un froid et hivernal ne fait que peu de doute. Désormais, nous nous intéressons à l'intensité de ce froid et s'il sera plutôt sec ou humide déterminant ainsi le risque de neige. Sur ce point, les incertitudes sont encore nombreuses. Notre intuition part plutôt sur un froid sec dans un premier temps avec de l'humidité tardive quand la goutte froide s'isolera sur l'Espagne.

Outre le risque de neige, cet air froid intervient après une longue période anormalement douce. C'est là où le bat blesse avec une végétation qui est en plein essor et qui pourrait subir le retour de ces conditions hivernales. En bref, le retour du froid ne cesse de se confirmer. Nous restons attentifs sur les basses pressions qui pourraient circuler en Méditerranée. Un risque de neige à basse altitude est envisageable mais reste encore très incertain car cela nécessiste un alignement de nombreux paramètres. Enfin, il faut relativiser cet air froid. Le soleil est plus chaud qu'en plein mois de janvier. Cela limitera le ressenti de froid lors de journées ensoleillées.

Partager sur