Prévisions & Suivi en temps réel

Quelle météo pour cette seconde partie d'avril ?

L'air frais voire froid fait encore de la résistance en cette mi-avril. Le froid est surtout présent en altitude avec des températures de -2 à -3°C à 850 hPa (soit 1500 mètres d'altitude). Au sol, nous le ressentons moins en raison de l'avancée dans la saison. Le soleil réchauffe plus vite et plus fort qu'au mois de mars. Pour autant, nous sommes sous les moyennes de saison. Dès que l'on monte un peu, les températures sont négatives. Exemple avec une température de -4°C ce matin au sommet de l'Aigoual, ce qui est 4°C sous les moyennes pour un 16 avril (données infoclimat).

Une perturbation neigeuse est d'ailleurs attendue la nuit prochaine sur la Lozère et pourrait apporter une petite couche de neige dès 700 ou 800 mètres d'altitude seulement. Cela témoigne bien de la situation fraiche qui perdure depuis maintenant une dizaine de jours, la faute à la circulation de gouttes froides sous un anticyclone Scandinave. Que pouvons-nous attendre pour la suite du mois ?

Le graphique ci-dessus est une prévision issue du modèle Européen ECMWF. Chaque couleur représente un régime de temps. La gauche du graphique représente le temps-réel. Le rouge démontre un contexte de blocage anticyclonique et cela revient bien à l'anticyclone Scandinave que nous avons actuellement. Une barre bleue est observée autour du 20 avril puis rapidement le rouge l'emporte jusqu'aux alentours du 26-27 avril. Plus concrètement, cela signifie que le contexte global devrait que très peu évoluer. Les hautes pressions s'annoncent récurrentes entre la Grande-Bretagne et la Scandinavie.

Cela favoriserait la poursuite de petites gouttes froides sur le Sud de l'Europe et notamment autour de la Méditerranée. Des périodes fraiches sont encore probables sur la France. Bien entendu, elles deviendront de moins en moins intenses et durables avec la hausse naturelle des températures. Enfin, il faudra surveiller le placement exact des gouttes froides. Si une dépression s'isole sur l'Espagne - ce qui semble bien possible - les temps pourrait devenir rapidement plus doux mais aussi plus instable et perturbé. Si le risque orageux semble plus probable sur l'Espagne, il pourrait déborder sur les régions Méditerranéennes.

Exemple ci-dessus avec une carte de prévision pour la période du 26 avril au 3 mai. On remarque une nouvelle fois des hautes pressions vers l'Islande (orange) et des basses pressions plus présentes sur le Portugal et l'Espagne. Avec des températures en légère hausse, c'est surtout un temps plus perturbé qui pourrait nous concerner. Tout cela reste au conditionnel. Nous le savons, les tendances à moyen terme lissent les prévisions et des possibles extrêmes (gel, coup de chaud, gros orages ou sécheresse) sur de courtes périodes peuvent ne pas ressortir.

Partager sur