Prévisions & Suivi en temps réel

Quel est le risque de canicule cet été ?

Non, on ne vas pas vous annoncer les dates de la prochaine canicule à l'heure près, dommage ! En revanche, nous avons décidé de vous partager certains paramètres assez remarquables intéressants à analyser. Premier élément à prendre en compte : le réchauffement climatique. Nous devons en tenir compte. La probabilité d'avoir des canicules ne cesse d'augmenter d'année en année. Cela ne veut pas dire que nous aurons forcément une canicule mais que statistiquement parlant, cela devient de plus en plus récurrent. Des périodes plus fraiches restent tout à fait possibles et nous l'avons bien vu pendant ce printemps. Toutefois, les projections de l'été sont chaudes voire très chaudes.

Comme nous l'expliquions dans un précédent article, les tendances pour les mois de juillet et août sont très clairement tournées vers des températures plus chaudes que la normale et un temps globalement sec. Un risque de canicule est présent mais pourquoi arriver à cette conclusion ? Quelles sont les enjeux ?

Ci-dessus, nous avons un graphique issu du modèle saisonnier du centre Européen ECMWF. Il commence le 24 juin (partie gauche du graphique) et finit au 7 août (droite du graphique). Les différentes couleurs représentes des régimes de temps possibles. Plus la couleur prend de place et plus sa probabilité de se réaliser est importante. Par exemple, la gauche du graphique est entièrement rouge ce qui signifie que le régime dominant est "Block" de manière certaine. Ce qui est notable quand on s'intéresse à ce type de graphique, c'est la grande dominante rouge tout au long du mois de juillet et qui semble se poursuivre pour le mois d'Août. On remarque un peu de bleu (soit un régime NAO+) autour du 20-25 juillet mais globalement le contexte "Block" l'emporte largement.

Le modèle semble ainsi sur de lui en nous annonçant ce régime de temps pour une majorité de l'été. "Block" détermine en réalité une situation de blocage anticyclonique en haute latitude autour de la Scandinavie. Il est assez rare d'avoir ce type de blocage de manière aussi durable (théoriquement). Ce contexte de blocage est schématisé ci-dessous.

Régime CASSOU (CERFACS)

Cela nous permet de comprendre pourquoi les modèles entrevoient un temps sec et chaud sur le pays. Cependant, il y a un "mais" qui est à prendre en compte. Avec des hautes pressions récurrentes sur la Scandinavie, c'est un peu quitte ou double sur notre pays et notamment les régions Méditerranéennes. Les gouttes froides pourraient persister sous la bulle anticyclonique, notamment sur l'Espagne (voir schéma ci-dessus). La proximité des dépressions pourraient vite changer la donne pour un temps plus orageux. Dans le même temps, si la goutte froide glisse plutôt sur le Portugal, elle servirait de pompe à chaleur et nous nous retrouverons rapidement dans l'alimentatino de la dorsale qui s'élève vers la Scandinavie.

C'est dans ce type de situation qu'une canicule est possible sur le pays. En résumé, il faut s'attendre à un temps anormalement anticyclonique entre la Grande-Bretagne et la Scandinavie. Notre pays se situe sous cette bulle anticyclonique. Si l'alimentation des hautes pressions se fait sur nous, c'est canicule quasiment assurée. En revanche, si les gouttes froides parviennent à glisser sur le bassin Méditerranéen, le temps pourrait devenir plus orageux et moins chaud. Nous privilégions un scénario chaud et sec avec un risque de canicule assez important. Au milieu de ce temps chaud, une période orageuse est tout à fait possible. 

Partager sur