Prévisions & Suivi en temps réel

Météo dans les 4 prochaines semaines : à quoi nous attendre ?

Ces printemps et début d'été météorologiques de l'année 2022 sont marqués par une chaleur quasi-constante et un très faible taux de précipitations. Cela donne pour conséquences une sécheresse historique, ainsi que des pluies de records mensuels de chaleur sur la France. Après une première canicule relativement précoce à la mi-juin, une nouvelle vague de chaleur probablement plus intense que la dernière, est attendue la semaine prochaine. Qu'en est-elle de sa durabilité ? Va-t-elle être stoppée par une soudaine coulée d'air polaire ou par une intense dégradation orageuse ? La réponse ci-dessous.

Semaine du 11 au 18 juillet 2022 : D'un point de vue synoptique, l'anticyclone des Açores finit par gagner totalement l'Europe Occidentale, entre les îles britanniques et le Bénélux. Un flux lent et extrêmement sec se met en place sur la France avec un soleil devenant torride. Torride, d'autant qu'une goutte froide vient se placer au large de la Péninsule Ibérique, jouant un important rôle de pompe à chaleur sur la France. Une canicule est à redouter, et cette dernière semble être très intense, notamment sur l'Ouest de la France. Même si les départements méditerranéens sont soumis à des brises marines l'après-midi, ces dernières ne tempèrent guère les températures.


Carte : Tropical Tidbits : Modèle CFS - anomalies de géopotentiels

D'un point de vue général, les températures pourront régulièrement atteindre, voire dépasser de quelques degrés la barre symbolique des 40°C sur une large partie de la France, Languedoc y compris, avec même, selon certains modèles comme GFS, des pointes à 46°C dans le Sud-Ouest. Seules les plages, plus ventées, connaîtront des températures plus respirables. Evidemment, les pluies seront aux abonnés absents, mis à part quelques rares averses orographiques sur les plus hauts reliefs.

Semaine du 18 au 25 juillet 2022 :
Après une semaine bien éprouvante, les centres d'action pour la semaine de la mi-juillet semblent bloquées. La dorsale anticyclonique concerne toute l'Europe. Cependant, la goutte froide qui stagne sur l'Atlantique semble traverser l'Europe, en passant par les portes du Golfe de Gascogne. Une courte interlude orageuse est possible mais les hautes pressions gagnent à nouveau rapidement la France. Plus au Nord, vers l'Ecosse, quelques talwegs sont possibles, mais pour l'heure, rien ne prouve qu'un d'entre eux peut glisser en direction de notre pays.


Carte : CEP - Anomalie de températures 2m

Malgré ces maigres passages de basses pressions, la canicule ne semble pas désemplir, ce qui pourrait avoir des conséquences lourdes, dignes de celles de 2003, aussi bien dans l'intensité de la chaleur, que pour sa durabilité. Côté précipitations, à part un éventuel passage orageux non-certain, c'est le néant absolu.

Semaine du 25 juillet au 1er août 2022 :
Mauvaise nouvelle. La situation semble encore bloquée. Les dorsales anticycloniques ne semblent pas vouloir faiblir, éjectant tout talweg entre Islande, Ecosse et Scandinavie. Les températures semblent encore rester très largement excédentaires, avec un bilan mensuel totalement inédit. Les précipitations restent évidemment déficitaires.

 

Carte : Tropical Tidbits : CFS - Anomalie de précipitations

Début août :
Malheureusement, d'un point de vue synoptique, les centres d'action restent toujours sur place avec un temps ensoleillé, sec, et très chaud. Un problème accru va devoir se poser quant à la persistance de ce temps caniculaire et sec, qui se montre très durable. Les effets du réchauffement climatique se font aujourd'hui dramatiquement sentir, impactant désormais notre mode de vivre, de consommation et de déplacement.