Prévisions & Suivi en temps réel

Le point sur le risque de froid pour le mois de février

L'hiver ne semble être qu'un lointain souvenir. Il faut remonter au 11 janvier globalement pour retrouver une journée digne d'un hiver. Depuis, la douceur s'est installée et n'a fait que croître avec des températures plus proche d'une fin mars que d'un début février. Cela fait quelques temps que nous vous évoquons une probabilité d'avoir un mois de février - du moins, une partie du mois - plus froide, plus hivernale et potentiellement même bien sous les moyennes de saison. En effet, les indices étaient plutôt en accords sur une ouverture pour un radical changement de temps. Nous voilà désormais dans les premiers jours de février. Qu'en est-il ? Le changement de temps est-il toujours d'actualité ? Retrouvez toutes nos explications dans l'article ci-dessous.

Ce qui était prévu et qui se confirme, c'est la poursuite de la douceur pour les premiers jours de février. En effet, la suite de la semaine s'annonce plus humide avec le retour des entrées maritimes mais les températures resteront bien douces sous les nuages. Toutefois, les choses ont évolué pour la suite avec un mois de févier qui pourrait un peu partir dans tous les sens.

Carte : ECMWF

Un changement de temps se confirme à partir de ce week-end. Toutefois, il ne concernera pas toute la France de la même manière. Comme on peut le voir sur la carte ci-dessus, un axe de basses pressions va se mettre en place entre la Scandinavie, la Grande-Bretagne en redescendant vers le proche Atlantique (flèches bleues) tandis que les hautes pressions seront repousées vers l'Italie et la Grèce (flèches rouges). Dans cette configuration, de l'air froid en provenance de Scandinavie va s'infiltrer sur une partie de l'Europe du Nord jusque sur une moitié Nord de la France qui verra les températures chuter. Le quart Sud-Est du pays sera plus à l'écart avec tout de même des températures en baisse.

Pour simplifier, par de "grand" froid dans l'immédiat mais un retour à un temps plus normal et proche des moyennes de saison sur notre région, parfois plus frais ou froid sur une moitié Nord du pays. Par la suite, le froid ne devrait pas réellement s'installer, la faute à une activité dépressionnaire assez active sur l'Atlantique. Il faut s'attendre à un temps assez perturbé jusqu'à la mi-février. Côté températures, nous aurons globalement un dégradé Nord (températures souvent fraîches) - Sud (températures plus proches des moyennes). Cela ne pourrait être qu'une phase intermédiaire vers une continentalisation du flux. Même si cela a été repoussé à la fin février, nous continuons de penser que les portes sont ouvertes à un temps bien plus hivernal et plus froid sur l'ensemble de la France.

Carte : EFFIS / Copernicus

Cela pourrait perdurer début mars et nous savons pertinemment que l'hiver peut nous réserver des surprises entre fin février et début mars dans notre région. Les modèles saisonniers continuent d'entrevoir des possiblités (très) hivernales entre février et mars. Nous portons clairement notre intérêt sur ces signaux. En attendant, la douceur que l'on connait actuellement devrait prendre fin ce week-end. Pas de vague de froid dans l'immédiat mais des températures en baisse qui vont retrouver plus ou moins des valeurs de saison avec même quelques périodes plus froides, plus probables sur le Nord de la France.

Les choses évoluent lentement mais comme on peut le voir sur la carte ci-dessous, les bulles de hautes pressions ont assez de facilité à s'isoler sur le Pôle Nord. La tache violette correspond à une anomalie de pression (anticyclone) centrée sur le Groenland. Cela ne nous est pas favorable à l'heure actuelle mais comme nous l'avons expliqué précédemment, le mois de février ne fait que débuter et nous restons attentifs à la seconde partie du mois avec un vortex polaire destabilisé.

Carte : Tropicaltidbits

Partager sur