Prévisions & Suivi en temps réel

La sécheresse : principal risque du printemps à venir ?

Depuis Noël 2021, il n'y a eu que deux épisodes pluvieux sur notre région. Le premier a concerné le Roussillon en début d'année, épargnant le Languedoc. Le deuxième, en ce début de semaine, a concerné l'Est du Languedoc en épargnant le Roussillon. Les cumuls depuis Noël sont généralement proches de 20 à 30 mm sur nos départements, ce qui est déjà très déficitaire. Cela se ressent aussi en montagne, notamment côté Lozère, où l'enneigement est très faible. Ceci est d'autant plus inquiétant que les projections pour les semaines à venir ne sont pas encourageantes.

Nos regards se portent déjà sur cette fin Février, via la modélisation CFS ci-dessous. Vous retrouvez sur la carte de gauche l'épaisseur des géopotentiels et à droite les anomalies prévues de précipitations. Une forte anomalie de hauts-géopotentiels est attendue entre l'Atlantique, le Portugal, l'Espagne et la France. Cela trahit un risque significatif de flux d'Ouest, avec un bon ensoleillement, pas ou aucune précipitation et des températures très douces, surtout en journée. Pas de vague de froid. 

Concernant le mois de mars.... Les tendances ne sont pas plus réjouissantes. La probabilité de blocage anticyclonique sur l'Europe de l'Ouest, avec paroxysme au niveau de la France, est on ne peut plus élevée ! Qu'il s'agisse du modèle Américain CFS ou du modèle Européen CEP, tous misent sur une anomalie de géopotentiels de +12 DAM. Cela est très significatif sur une telle durée. Ci-dessous, on peut apercevoir cette anomalie anticyclonique sur la France. Elle est dans la continuité de ce que nous connaissons depuis plusieurs semaines.

Bien évidemment, si l'on regarde la carte d'anomalies de précipitations, le signal est aussi sans appel... Et pas qu'à l'échelle du bassin Méditerranéen. La sécheresse semble généralisée ou presque au pays. Températures au-dessus des normes de saison. La probabilité de vague de froid tardive, sans être exclue, est très faible. 

Quant au mois d'avril 2022... rien à signaler de puis, si ce n'est la poursuite de conditions anticycloniques, de plus en plus chaudes et surtout très sèches. Sauf surprise de dernière minute et revirement de situation, nous avons une probabilité significative de nous diriger vers un printemps très sec, anticyclonique et assez chaud. Bien évidemment, il y aura quelques nuits fraîches en raison de l'anticyclone qui favorise des inversions thermiques, mais il semble peu probable d'avoir une vague de froid comme ce fut le cas ces dernières années au printemps.

Scénario à surveiller... En espérant que nous ayons tort. 

Partager sur