Prévisions & Suivi en temps réel

Février 2022 : toujours anticyclonique et exceptionnellement sec ?

Janvier vient de se terminer avec des températures proches des moyennes saisonnières. Les minimales ont souvent été inférieures à -1°C par rapport aux normes, alors que les maximales se sont situées +1°C au-dessus. Les nuits fraîches ont été compensées par des journées relativement douces. Le fait marquant de ce mois provient plutôt d'un très fort excédent d'ensoleillement et d'une sécheresse remarquable. Il n'est quasiment pas tombé de pluie depuis le début de l'année avec par exemple 0.2 mm à Nîmes, 0.4 mm à Nîmes, ou encore 4 mm à Béziers.

Janvier... c'est terminé ! Nos regards se portent désormais sur Février 2022. Que les choses soient "claires"... la plupart des scénarios misent sur la poursuite des hautes pressions au moins pour deux semaines supplémentaires et certainement plus encore. Ci-dessous, voici l'anomalie de hauts-géopotentiels attendue pour le mois de Février par le modèle CFS. On retrouve une forte anomalie sur le proche Atlantique d'environ +10 dam et d'environ +5 dam sur la France. Dans le même temps, on continue d'avoir des conditions dépressionnaires loin vers le nord, entre l'Islande et la Scandinavie.

Dans ce contexte, nous resterions ni plus ni moins dans un blocage anticyclonique exceptionnellement solide. Si ce scénario se vérifie, les régions Méditerranéennes devraient bénéficier d'un ensoleillement très excédentaire et malheureusement d'une pluviométrie très déficitaire. Cela irait dans le sens d'un temps très sec en plaine, mais aussi en montagne où l'enneigement est en fort déficit et continue de se dégrader. En effet, en lien avec les inversions thermiques, la fonte continue de s'accentuer en altitude.

Nous misons sur des températures légèrement au-dessus des normes (+0.5/+1°C selon les villes de notre région) avec toujours un fort contraste entre les nuits qui devraient redevenir plus froides (gelées fréquentes jusqu'en plaine lorsque le vent va s'arrêter) mais des après-midi assez douces (+1/+2°C !) qui pourront monter au-dessus de 15°C dans les périodes les plus "chaudes". 

Bon et bien cela veut dire que l'hiver est terminé ? Que les hivernophiles n'ont rien à espérer ? Bien évidemment, nous ne pouvons répondre catégoriquement à cette question ! Le mois de février débute tout juste et l'on sait pertinemment que l'hiver peut se prolonger jusqu'en mars. Février étant mal engagé d'un point de vue hivernophile, il est peu probable que l'on renoue avec des potentiels pluvio-neigeux à basse altitude... Toutefois, à mesure que l'on s'approche du printemps, le vortex polaire est naturellement malmené et déconcentré.

Il est possible qu'une tentative froide se produise tardivement en toute fin d'hiver, mais cela ne relève pas de la prévision à cette heure car l'échéance est bien trop lointaine. Un hiver qui thermiquement n'est pas très chaud mais qui a été clairement ennuyeux jusqu'à présent. 

Partager sur