Prévisions & Suivi en temps réel

Été 2021 : quelle météo pour juillet et août ?

C'est la grande question au début de chaque été. Quelles sont les tendances pour cet été 2021 ? Allons-nous vers un été pourri ou un été caniculaire ? Répondre catégoriquement à cette question serait une erreur. En revanche, les modèles saisonniers s'améliorent d'année en année. S'il est impossible de prévoir quel temps il fera le 27 juillet à 14h ou le 15 août à 22h54, nous pouvons analyser les tendances qui se dégagent lissée sur le mois. Les tendances nous permettent de connaitre les probabilités d'avoir des températues plus chaudes ou plus fraiches, un déficit ou un excédent pluviométrique. Dans un mois globalement sec, nous pouvons très bien avoir une courte période orageuse et/ou pluvieuse. De même, certains secteurs peuvent être très arrosés par une succession d'orages alors que le reste de la région est au sec. Là est la complexité des prévisions météo. Complexité exacerbée dans les tendances saisonnières.

Exemple très concret avec ce mois de juin. La première semaine a été assez maussade, parfois pluvieuse mais surtout avec des températures sous les moyennes de saison. S'en est suivi un coup de chaud remarquable entre le 10 et 15 juin conjugué à un temps sec. Enfin, ces derniers jours, les orages ont été localement violents sur la région sans concerner tous les départements donnant un ressenti bien différent d'un endroit à l'autre de la région. Au final, nous avons connu un peu tous les types de temps durant ce mois qui ne ressortent pas forcément dans les tendances saisonnières. Maintenant, si l'on se penche sur les tendances pour le mois de juillet, les modèles sont en accord pour un mois chaud et sec.

Carte : EFFIS / Copernicus

Nous illustrons cela par une carte du modèle Européen ECMWF mais nous pouvons retrouver le même résultat sur d'autres modèles saisonniers. Comme nous pouvons le remarquer, c'est bien le orange/rouge et donc la chaleur qui domine sur une large partie de la carte. Nous avons quelques secteurs plus frais sur l'Atlantique mais les indices sont sans appel sur notre pays avec une anomalie de +1 à +1,5°C. Cela peut paraitre peu mais en réalité cela démontre que nous pourrions avoir des périodes plus ou moins dans les normes et d'autres bien plus chaudes. Ainsi, sur ce mois de juillet et plus particulièrement la seconde moitié, le risque de canicule est non négligeable sur le pays.

Cette chaleur devrait s'associer à un temps sec de manière générale. Toutefois, dans un contexte chaud voire très chaud, des orages sont tout à fait possibles avec une probabilité plus élevée sur les reliefs (orages de chaleur tout à fait classique pour la saison). Première conclusion, le mois de juillet s'annonce très estival sur l'ensemble du pays, assez sec même si des orages sont probables, surtout sur les reliefs. On surveillera un risque de canicule qui parait assez important. Maintenant, si l'on s'intéresse au mois d'Août, il semble prendre le même chemin que juillet.

Carte : EFFIS / Copernicus

C'est quasiment un copier-coller de la précédente carte avec une chaleur qui dominerait la totalité de l'Europe et qui pourrait être assez marquée par moments. Nous émettons un bémol. Tous les modèles saisonniers ne sont pas en totale adéquation sur ce mois d'août. Certains sont un peu mois chauds (mais ils le sont tout de même) et d'autres sont plus perturbées. Toutefois, si l'on suit la moyenne des scénarios, nous pourrions bien partir sur un mois d'août chaud et sec. Le risque de canicule est encore présent, surtout en début de mois. Les modèles saisonniers sont assez remarquables avec deux mois d'été bouillants et généralement secs.

Bien entendu, annoncer un temps chaud et sec pour juillet et août n'est pas une vraie prise de risque. Nous nous appuyons sur le fait que nous parlons de températures bien au-dessus des moyennes habituellement observées en été avec un risque de canicule qui parait assez important. Comme expliqué en début d'article, cela n'est qu'une tendance. Il s'agit ici d'une analyse de divers paramètres issus de modèles à long terme qui fonctionnent différemment des modèles à court terme mais gardons toute l'humilité face à la nature qui reste bien la dernière décisionnaire.

Partager sur