Prévisions & Suivi en temps réel

Week-end très doux : jusqu'à 20°C en plaine avant un coup de froid après le 5 février !

Le premier coup de chaleur est confirmé pour la toute fin janvier et début février. Une dorsale anticyclonique va se structurer entre le Maroc, l'Espagne et une grande partie de la France, associée à un flux de sud-ouest en altitude et de secteur sud en basses-couches. Les températures associées s'annoncent très élevées, avec +10 à +12°C à 850 hPa - soit l'équivalent de 1500 m d'altitude.

Ce coup de chaleur va durer environ 5 jours, entre le 31 janvier et le 4 février 2020. Sans entrer trop dans les détails, les températures s'annoncent déjà très douces cette semaine, avec bien souvent 14 à 16°C en plaine. Ce week-end, la hausse va plus franchement s'amorcer, avec des maximales prévues de 17 à 19°C sur toutes les plaines de la région, localement 20°C près des agglomérations. Pour information, les 22°C pourraient être atteints ou dépassés en Aquitaine. 

Lundi et mardi prochain, le paroxysme de chaleur pourrait se produire sur une bonne partie du sud de la France, avec des maximales voisines ou supérieures à 20°C sur l'Aquitaine, Midi-Pyrénées, le Languedoc-Roussillon, la Provence et même la moyenne vallée du Rhône. Sur notre région, des pointes à 21/22°C seraient envisagées près du Roussillon alors que côté Pyrénées-Atlantiques (Aquitaine) les températures pourraient atteindre 23/24°C.

Ce serait d'autant plus remarquable que dès le 5 février, une baisse sensible des températures s'amorcerait et tendrait à s'amplifier les jours suivants, avec une probabilité non négligeable de "coup de froid". Difficile encore de savoir si le froid va arriver par le nord ou par le nord-est et ceci va énormément jouer dans l'appréciation des températures et de la pluviométrie, pour autant l'ensemble des modèles misent sur une baisse considérable des températures dès le 5 février. 

Ci-dessous, voici les projections des modèles GFS (à gauche) et CEP (à droite). Sur le modèle GFS, on voit à J+7 l'élévation d'une dorsale anticyclonique entre les Açores et l'Islande. Dans le même temps, un décrochage de bas-géopotentiels s'opère entre la Scandinavie et la France, associé à un flux de nord modérément froid dans un premier temps, puis nettement plus froid dans un second temps.

Le modèle CEP voit plus ou moins la même chose, avec une pulsion anticyclonique s'élevant jusqu'à l'Islande et également l'abaisse des basses-pressions entre Scandinavie et Allemagne. Par la suite, GFS voit l'installation des basses pressions sur la France avec un flux se courbant au Nord-Est (froid s'intensifiant et s'humidifiant par endroits !) alors que CEP voit une goutte froide s'isoler près de l'Espagne avec un risque d'épisode précipitant intense sur le sud de la France. Dans tous les cas, la baisse (sensible) des températures est confirmée. 

Partager sur