Prévisions & Suivi en temps réel

Vers une vague de froid fin décembre et début janvier ?

Une vague de froid est susceptible de se produire entre la toute fin décembre et début janvier. Avant de détailler nos propos, nos météorologues insistent bien sur le fait qu'il ne s'agit pour le moment que d'une tendance qui va mériter d'être confirmée ou infirmée dans les jours qui viennent. En effet, nous sommes à 15 jours d'échéance. Ce n'est pas énorme en soit mais cela reste trop important pour faire une prévision régionale.

Nous nous contenterons ainsi de faire une première évaluation des modélisations, à l'échelle de notre hémisphère et de l'Europe, ainsi qu'en décrivant les scénarios les plus plausibles à cette heure. Commençons ci-dessous par décrire la situation actuelle au niveau de notre hémisphère. En cé début d'hiver 2020/2021, le vortex polaire a du mal à se concentrer comme il le fait souvent à cette période de l'année. On note d'ailleurs une bulle de hautes pressions (ce qui est classique) au niveau du pôle nord, dédoublée de hauts-géopotentiels (plus inhabituel). 

En bref, si le redoux a gagné une grande partie de l'Europe, nous soulignons que la circulation zonale (flux d'Ouest dominant sur notre hémisphère) est "perméable". Explications : il y a des hivers où le vortex polaire est tellement concentré que toute tentative de blocage anticyclonique aux hautes latitudes échoue. Pour le moment, cette année, ce n'est pas le cas et nous misons d'ailleurs sur une tentative de blocage anticyclonique aux hautes latitudes pour fin décembre.

Venons-en aux projections et débutons par l'actuation du modèle saisonnier ECMWF (CEP - centre Européen) dont nous affichons ci-dessous les cartes d'anomalies de températures (à gauche) et d'anomalies de précipitations (à droite). Ce modèle voit clairement un flux d'Est traverser toute l'Europe, prenant son origine en Russie. Comme souvent en cas de flux d'Est : les températures sont très froides (2 à 3°C, voire 4°C, sous les moyennes saisonnières) et le temps est sec sur les 3/4 de la France, hormis en Méditerranée où le risque d'épisodes pluvio-neigeux est présent (cas d'école !). 

Il ne s'agit bien évidemment que d'une modélisation - assez extrême à une telle échéance et rarement observée - qui doit être confortée ou non dans les jours à venir. Concernant le modèle saisonnier CFS, il propose plus ou moins le même scénario à la même échéance (voir carte d'anomalies de températures ci-dessous). On retrouve là-aussi un flux d'Est continental, particulièrement froid, pour la toute finn décembre/début janvier, avec un risque de neige jusqu'en plaines là où il y aura des précipitations.

Objectivement : nous soulignons pour le moment un contexte favorable à la mise en place d'un blocage anticyclonique aux hautes latitudes, entre l'Islande et la Scandinavie, peu après Noël. Typiquement, dans ces situations, des décrochages polaires s'effectuent sur l'Est de l'Europe. Désormais, le point central de la prévision va être de savoir si ces masses d'air froid vont réussir à circuler en direction de la France ou non. C'est le scénario dominant sur les modèles saisonniers, mais cela ne suffit pas à affirmer que cela va se passer ainsi. 

Partager sur