Prévisions & Suivi en temps réel

Vers un possible réchauffement stratosphérique fin décembre ?

##PUB##

Un réchauffement stratosphérique est envisageable pour la fin décembre. Avant de vous expliquer en quoi cela consiste et surtout quelles-sont les éventuelles répercussions, nous allons revenir sur la baisse des températures prévue la semaine prochaine. Dans l'article d'hier, nous vous évoquions deux scénarios possibles. Ce jeudi, les modèles ont encore évolué. Il semble que nous nous dirigions vers un scénario intermédiaire. Les explications ci-dessous.

L'actuelle dorsale anticyclonique dont nous vous parlons depuis plusieurs jours devrait finalement remonter sur un axe proche Atlantique - Mer de Norvège. Initialement, les modèles numériques de prévision allaient dans le sens d'un axe plus occidental, entre Açores et Grande-Bretagne. Conséquence immédiate : le bloc froid qui va glisser de la Scandinavie vers les Balkans aura des difficultés à pénétrer sur la France. Notez néanmoins des nuances...

Ci-dessus, voici les modèles CEP (à gauche) et GFS (à droite). Le fait que les "masses bleues" ne gagnent pas totalement la France ne veut pas dire que le coup de froid est annulé. Nous allons plus probablement nous diriger vers un flux d'Est à courbure anticyclonique, c'est à dire moins dynamique qu'évoqué jusqu'à présent. Pour autant, un flux continental à cette période de l'année, même très peu dynamique, apporte toujours de l'air froid.

C'est d'autant plus vrai qu'en présence de l'anticyclone, les inversions thermiques sont marquées sur le pays. La nuit, l'air froid présent en altitude tend à s'écraser vers le sol, car il est plus dense et donc plus lourd que l'air doux accumulé en journée. Plus concrètement, les gelées vont gagner du terrain sur grande partie de la France entre le mardi 11 décembre et le jeudi 13 décembre. Sur notre région, des minimales proches de -1 à 2°C sont attendues, localement -2/-3°C dans les secteurs habituellement froids. En altitude, les gelées seront plus fortes, souvent inférieures à -5°C au dessus de 1000 m. 

Ce coup de froid ne devrait pas durer très longtemps. Redoux par la suite, mais nettement plus modéré que ce que nous vivons actuellement. Nous serons ni plus ni moins dans les normes de saison. Pour la fin décembre, plusieurs facteurs sont à surveiller. Nous allons essayer de les vulgariser un maximum. A très haute altitude, les vents zonaux vont nettement s'affaiblir vers le 20 décembre. Ceci est visible sur le graphique ci-dessous.

Cet affaiblissement pourrait - notez le conditionnel - induire un réchauffement stratosphérique soit mineur, soit majeur. La carte ci-dessous témoigne des températures prévues à 10 hPa, au niveau de la stratosphère. On y voit sur l'Asie un réchauffement à -20°C pour le 21 décembre, alors que 72h auparavant les températures y seront proches de -75 à -80°C. En cas de réchauffement stratosphérique, le vortex polaire qui habituellement est concentré près du pôle nord a tendance à "éclater" en plusieurs fragments. Ces derniers sont alors projetés vers de plus basses latitudes, comme l'Europe. Les répercussions d'un réchauffement stratosphérique se font généralement 10 à 15 jours après son initiation.

Partager sur