Prévisions & Suivi en temps réel

Vers le retour de la pluie en plaine et de la neige en montagne d'ici le 5 mars ?

Neige en montagne

Nous le répétons tous les jours mais cette fin février est thermiquement remarquable, pour ne pas dire exceptionnelle. En cause, cet anticyclone qui stationne au-dessus de la France, alimenté depuis l'Afrique du nord et qui véhicule une masse d'air très doux. Tout au long de la semaine à venir, la situation va rester la même avec un blocage anticyclonique nous assurant un temps ensoleillé et très doux pour la saison.

Nous pourrions entre mardi et jeudi nous situer 6 à 10°C au-dessus des moyennes saisonnières sur le Languedoc-Roussillon. En effet, si les matinées sont encore assez fraîches par inversions thermiques, les après-midis sont très douces avec des maximales qui vont dépasser facilement les 18 à 20°C en plaine, localement 22 ou 23°C. Certains records absolus de douceur pour un mois de février sont à nouveau menacés… alors que certains ne datent que de la semaine dernière.

Outre cette grande douceur, nous observons depuis quelques semaines le retour d'un temps sec à très sec. Les précipitations sont rares, que l'on soit en plaine ou en altitude. Jusqu'au 2 ou 3 mars inclus, la probabilité de pluie est très faible, bien que de rares averses ne soient pas exclues notamment près des reliefs en fin de semaine. Vers le 4 ou 5 mars, un possible - mais INCERTAIN - changement de temps est surveillé par nos services.

Il s'agirait à priori d'un changement assez temporaire, ne remettant pas vraiment en cause la dynamique actuelle, mais pouvant apporter son lot de perturbations. En effet, les principaux modèles dont les déterministes CEP et GFS voient la mise en place d'ondulations sur l'Atlantique. Certaines pourraient nous atteindre, sous la forme de talwegs étirés de la Grande-Bretagne vers la France, comme en atteste le scénario GFS ci-dessous :

Dans ce contexte, des perturbations venant de l'Atlantique sont probables à la date du 5 mars. Il s'agirait de pluie en plaine, faibles à modérées mais parfois régulières, et probablement de chutes de neige en altitude. En fonction de l'amplitude de cette ondulation, l'ensemble des reliefs Français pourraient être concernés par ces chutes de neige, à moyenne altitude en général. Pour le moment, il n'est pas question de se prononcer sur les quantités. Nous vous le disions : la prévision est incertaine.

Par la suite, le modèle GFS voit le retour des hautes pressions sur une bonne moitié sud de la France, induisant un rapide assèchement et une nouvelle hausse des températures. Le modèle CEP est quant à lui plus "encourageant" pour les stations de ski, avec de nouvelles perturbations d'intensité ordinaire arrivant de l'Atlantique. Aucun froid intense n'est attendu.

Partager sur