Prévisions & Suivi en temps réel

Vague de froid sur l'Europe : un débordement vers la France est il possible en janvier ?

Il est temps de recontextualiser la situation météorologique en ce début d'année. En décembre, nous vous avons évoqué à maintes reprises le réchauffement stratosphérique qui s'est produit vers Noël et qui se prolonge toujours actuellement. Pour rappel, la stratosphère est la couche de l'atmosphère située entre 10 et 50 km d'altitude. Dans les prochains jours, le vortex stratosphérique va temporairement se scinder en deux (split event). Voir carte de droite ci-dessous.

Malgré un réchauffement majeur et l'affaiblissement des vents zonaux à très haute altitude, les répercussions vers la troposphère (couche de l'atmosphère où nous vivons) sont à cette heure faibles, pour ne pas dire quasiment inexistantes. Une meilleure propagation des échanges strato-troposphère est envisageable dans les prochains jours, à l'issue d'une énième pulsion chaude en stratosphère. Ci-dessous, nous avons réalisé un assemblage de deux cartes : l'une montrant l'état de la stratosphère vers la mi-décembre, l'autre dans quelques jours. On conste que peu à peu, le vortex stratosphérique est fortement bouleversé

Dans la troposphère, là où nous vivons, les répercussions sont faibles pour le moment. Nous assistons actuellement à la mise en place d'une coulée froide qui va concerner essentiellement l'Europe du centre et l'Europe de l'est ces prochains jours. Le Portugal, l'Espagne, la France et la Grande-Bretagne restent sous l'influence d'un blocage anticyclonique. Les températures vont néanmoins baisser sur nos contrées, retrouvant un niveau proche des moyennes saisonnières ces prochains jours. L'arrivée d'air froid en altitude va également déclencher un fort vent durable (mistral/tramontane).

Entre le 3 et le 8 janvier, la situation est bloquée. Ci-dessous, la carte résume parfaitement ce que nous vivons avec cet anticyclone qui s'élève vers les hautes latitudes mais qui est très proche de notre pays et les coulées froides qui s'enchainent les unes après les autres sur l'Europe. Dans ce contexte, froid modéré sur l'Est du pays, de saison ailleurs avec de bonnes inversions thermiques (gelées matinales) là où le vent est faible. Malgré l'absence de ressenti comme tel, il faut savoir que cette configuration météorologique est propice à la mise en place de vagues de froid sur toute l'Europe. En effet, le flux d'Ouest (souvent récurrent à cette période de l'année) est lui aussi bloqué par l'anticyclone sur l'Atlantique.

Il semble que le contexte météorologique reste favorable, tout au long de janvier, à ce blocage anticyclonique sur l'Atlantique, à quelques nuances près. Les derniers scénarios entrevoient un décalage lent et progressif de l'alimentation anticyclonique vers l'Ouest. Actuellement, le blocage est alimenté par le Maroc. Dans les prochaines semaines, il pourrait l'être plutôt vers les Açores. Conséquence immédiate : notre pays connaîtrait progressivement une baisse des pressions atmosphériques.

Ci-dessous, voici une projection du modèle CFS sur l'anomalie de pression prévue en deuxième quinzaine de janvier. L'alimentation anticyclonique de l'actuel blocage est maintenue, mais bien plus à l'Ouest, remontant jusqu'au Groenland et l'Islande. Dans le même temps, nous pouvons noter l'installation des basses pressions sur la totalité de l'Europe, où nous devinons la mise la mise en place d'un flux continental. Qu'en sera-il en réalité ? Nous continuons de penser que l'air froid va finir par réussir à bien rentrer sur la France courant Janvier. Qui dit flux continental, dit épisode neigeux quelque part sur notre région Méditerranéenne. Il est toujours risqué de se mouiller à réaliser des prévisions lointaines, mais la situation est assez évocatrice

Partager sur