Prévisions & Suivi en temps réel

Vague de froid sur l'Europe en janvier : la France est elle menacée ?

En cette fin décembre, notre région est thermiquement coupée en deux. De fréquentes gelées sont observées par inversion thermique entre l'Hérault, le Gard et la Lozère alors que la douceur est remarquable sur les Pyrénées-Orientales et dans une moindre mesure l'Aude. En cause, un puissant anticyclone indéboulonnable et généralisé de l'Afrique du nord à la France. Ces prochaines journées s'annoncent similaires à celles que nous connaissons actuellement, avec toutefois un violent mistral en plus près du Rhône dès demain dimanche.

Le constat est relativement le même sur le reste de la France : les gelées sont nombreuses en plaines et fonds de vallées alors qu'il fait doux sur le littoral Atlantique ainsi que sur les reliefs. Les précipitations sont très rares, à cause des pressions atmosphériques très élevées. Néanmoins, il semble que le réchauffement stratosphérique dont nous vous parlons depuis plusieurs semaines commence à engendrer des répercussions à l'échelle de notre hémisphère. Avant d'aller plus loin, retrouvez ci-dessous une carte de la situation actuelle :

Nous retrouvons sur cette carte le dôme anticyclonique positionné au plus proche de notre pays. Pour début janvier, cette dorsale anticyclonique va temporairement s'élever vers l'Islande et la mer de Norvège. Dans le même temps, un décrochage polaire va s'opérer par la Scandinavie, conduisant à une certaine vague de froid marquée sur l'Europe du Centre et l'Europe de l'Est. Dans ces pays, de puissantes gelées sont attendues, parfois inférieures à -10/-15°C pendant plusieurs jours. Dans l'article d'hier, nous vous confions que la France pourrait être en bout de course de cette vague de froid. Voici les derniers éléments :

Il apparait ce samedi des scénarios toujours divergents. Le modèle Européen CEP voit l'air froid à très froid gagner l'Est de la France durant plusieurs jours après le 4/5 janvier. Le modèle Américain GFS, qui restait sur un scénario très doux hier encore, commence à revenir sur ses positions avec une vague d'air froid glissant jusqu'à l'Allemagne, la Suisse et l'Italie, venant "léchouiller" la France qui resterait au plus proche de l'alimentation anticyclonique. Ci-dessous, comparaison des deux modèles avec CEP à gauche et GFS à droite :

Il faut savoir que l'actuel modèle GFS va prochainement être remplacé par une nouvelle version : le GFS parallèle qui deviendra opérationnel. Cette nouvelle version, déjà en ligne, est très proche du scénario Européen CEP. Dans ce contexte, il faudrait s'attendre à voir l'air froid à rentrer sur les deux tiers Est de la France à partir du 4/5 janvier. Les gelées devraient se généraliser pendant plusieurs jours, y compris sur l'arc Méditerranéen, et deviendraient fortes dans le Nord-Est. En soit, la France se situera ni plus ni moins en bout de course de la forte vague de froid qui s'arrêtera plutôt à l'Italie. Pas ou très peu de précipitations...

La suite est encore plus incertaine. Le modèle GFS voit l'anticyclone s'écraser sur la France et l'air froid se rétracter peu à peu vers le centre de l'Europe. Sur le modèle CEP, qui semble plutôt stable en ce moment, l'alimentation anticyclonique du proche Atlantique à la mer de Norvège persisteraient. Nous nous retrouverions alors au sein d'un flux d'Est peu dynamique, mais demeurant froid pendant une semaine, peut-être dix jours. Par ailleurs, la survenue d'éventuelles petites gouttes froides encore mal modélisées sera à surveiller sur la Méditerranée.

Ce coup de froid, d'ampleur sévère sur une partie de l'Europe mais tout à fait ordinaire sur la France, semble être le premier du mois de Janvier possiblement prometteur à ce sujet. Les effets de l'actuel réchauffement stratosphérique vont continuer de se faire sentir pendant plusieurs semaines et l'accumulation du froid sur l'Europe pourrait être à l'origine de débordements plus francs de l'air froid sur nos contrées

Scénario à ajuster prochainement : dans ces situations, des surprises restent possibles. 

Partager sur