Prévisions & Suivi en temps réel

Vague de chaleur temporaire ou canicule durable ?

Il y a déjà quelques jours que nos prévisionnistes vous informent de l'arrivée d'une nouvelle vague de chaleur pour début juillet ou peut-être même d'un épisode caniculaire sur une moitié sud de la France. L'extension, la durée et la sévérité de ce coup de chaleur restent à préciser. La hausse des thermomètres va se faire sentir de jour en jour sur les régions Méditerranéennes, mais les maximales resteront ordinaires cette semaine. A partir du week-end-end prochain, une pulsion chaude venue d'Afrique devrait envahir notre région, avec la clef une forte hausse des températures.

Entre demain mercredi et jeudi, les éclaircies dominent en plaine. Un orage est même possible localement dans la nuit de mercredi à jeudi entre l'Aude et l'Hérault. Jeudi après-midi, on note aussi l'apparition d'orages sur les reliefs. Ces derniers propulsent un voile nuageux élevé vers les plaines intérieures, sans pluie à priori. Nous le disions : il va faire chaud mais cela restera ordinaire pour ces deux journées, avec généralement 30/32°C sur les plaines du Roussillon, jusqu'à 33/34°C sur l'Est du Languedoc (Gard notamment). 

Pour vendredi, journée du même acabit. Le soleil brille sur toute la région durant la journée. Le mistral et la tramontane se maintiennent avec des rafales de 50 à 70 km/h dans les couloirs habituels de la vallée du Rhône, l'Aude et le nord du Roussillon. Les températures demeurent estivales avec 31/32°C de façon généralisée en plaine, localement 33/34°C sur l'Hérault. Concernant notre week-end, il devrait s'agir du début de la vague de chaleur sur notre région. Le dôme anticyclonique va s'élever depuis l'Afrique du nord, avec une advection d'air très chaud en troposphère (T°C à 850 hPa > 22/24°C).

Dans le même temps, des basses pressions vont continuer de circuler au nord du pays, bien qu'en progressive résorption. Cela devrait maintenir un flux de nord dans les basses-couches, avec pour conséquence un vent de terre (mistral/tramontane) qui va favoriser un assèchement et un réchauffement de la masse d'air. Dans ce contexte, les maximales vont progressivement s'élever entre 35 et 37°C puis jusqu'à 37 ou 39°C sur le Languedoc. Le modèle GFS voit même une pointe à près de 40°C en basse vallée du Rhône (voisinage du Gard et des Bouches-du-Rhône). Pour info : le record absolu de Nîmes en juillet n'est que de 38.8°C. Il a de bonnes probabilités de tomber. 

On parlera pour le moment de vague de chaleur. Les températures minimales pourraient également être élevées, en raison du mistral et de la tramontane, avec des valeurs > 20°C dans les agglomérations. La suite du programme ? Qu'il s'agisse du modèle CEP (centre Européen) ou du modèle GFS (centre Américain), il semble que le dôme anticyclonique se maintienne tout en se renforçant la semaine prochaine. Dans ce contexte, la vague de chaleur pourrait se transformer en canicule, avec une probable extension à la moitié sud de la France.

Les maximales oscilleraient alors entre 35 et 40°C sur de nombreux départements, localement plus de 40°C. Un scénario à confirmer mais qui devient de plus en plus probable. 

Partager sur