Prévisions & Suivi en temps réel

Tendances saisonnières : en route vers un hiver doux ?

L'année 2022 est en train de s'inscrire comme l'une des années les plus chaudes depuis le début des relevés météorologiques en Europe et dans le monde. En effet, après une fin d'hiver, un printemps, un été et un début d'automne bien au-delà des normes au niveau des températures, nous attendons avec impatience cet hiver pour savoir si celui-ci s'annonce enfin plus frais. Même si les perspectives sont lointaines, quelques projections peuvent déjà nous indiquer de quelle couleur sera peint l'hiver prochain. En nous aidant des modélisations à long terme (CFS et CEP), mois par mois, nous allons analyser les anomalies qui sont prévues pour l'heure.

Décembre : 
Pour ce mois de décembre, les projections élaborées par le modèle CFS indiquent une forte anomalie de hautes pressions qui vient s'installer entre les îles britanniques et le Nord de la France. Cette dorsale serait issue d'une zone anticyclonique provenant du Maghreb. C'est donc une nouvelle fois un air chaud et sec qui devrait nous concerner pour ce mois de décembre. Les températures en altitude ont donc déjà bien du mal à baisser avec des stations de ski restant vertes pour les vacances de Noël. Nous devrions connaître une anomalie de +3°C localement sur l'Ouest de la France, de +2.5°C sur l'Est. En surface, même topo. Les anomalies de températures devraient atteindre +1.5°C à +2°C. Les journées ressembleraient alors aux suivantes : des matinées ensoleillées, avec néanmoins quelques brouillards dans les vallées, des gelées blanches parfois bien présentes en campagne, puis des après-midis bien ensoleillées et douces. Evidemment, ce sont des moyennes, et il se peut que des perturbations traversent le pays, avec quelques pluies / neige en montagne, et des températures qui peuvent varier.


Modèle CFS: anomalies de températures à 2m

Janvier :
Pour ce mois de janvier, les hautes pressions se décalent vers l'Ecosse, permettant aux basses pressions de dominer sur une grande partie de l'Europe. Une tendance en flux mou d'Est se met en place pour ce mois. SI cela se confirme, des températures plus basses sont possibles, en se rapprochant des normales saisonnières. En effet, nous n'aurons qu'un excédent thermique en altitude et en surface de +0.25 à +0.5°C. Au niveau des précipitations, nous serions généralement dans les normales de saison. Si une dépression réussit à se placer en Méditerranée, nous pourrions espérer sur la côte méditerranéenne un retour d'Est neigeux. Mais évidemment, l'échéance est trop lointaine pour confirmer cette hypothèse.

Février :
Pour ce mois de février, nous attendons un grand changement de régime. L'anticyclone des Açores se renforcerait, permettant de faire glisser les perturbations sur l'Europe Occidentale. Un flux d'Ouest perturbé se mettrait donc en place avec un défilé de perturbations océaniques et pourquoi pas de quelques coups de vent ou de tempêtes. Cependant, les zones méditerranéennes ne seraient pas directement impactées, mais le soleil brillerait au prix d'un fort mistral et d'une forte tramontane. Nous attendons pour ce mois-ci un fort excédent thermique avec en altitude une anomalie de +1 à +1.5°C, et en surface, de +2 à +2.5°C. Côté précipitations, bien que les deux-tiers Nord de la France soient impactés par un excédent pluviométrique, les zones méditerranéennes se retrouvent dans les normales.


Carte CFS : anomalie de la pression atmosphérique

Et pour la suite :
Ce mois de mars signerait le renforcement de l'anticyclone des Açores, tout en s'étendant en direction des îles britanniques. Un flux mou se mettrait en place sans grand régime de temps, avec un temps généralement sec et des températures s'approchant des normales de saison. Le mois d'avril ne change pas avec un temps généralement anticyclonique, des températures douces sans plus et une atmosphère malheureusement sèche.








Partager sur