Prévisions & Suivi en temps réel

Tendance météo pour le mois de février 2022

On s'ennuie fermement pour ce mois de janvier. Comme nous l'avons expliqué dans nos précédents articles, ce mois est hivernal sans excès dans un sens comme dans l'autre avec des gelées fréquentes dès l'arrêt du vent. Le seul fait remarquable est l'absence totale de précipitations. Si l'on enlève la bruine qui est tombée sous les entrées maritimes en début de mois, aucune perturbation n'est parvenue à toucher la région (du moins une grande partie). La station de Nîmes-Courbessac pourrait donc finir le mois avec un petit 0,4 mm de pluie au lieu de 60-65 mm pour la moyenne saisonnière.

Quelles sont les tendances pour ce mois de février ? C'est la question que l'on s'est posée étant donnée que les derniers jours de janvier sont déjà bien cernés avec la poursuite de conditions sèches et souvent ventées. Analysons donc les possibilités de notre dernier mois hivernal (même si mars peut réserver des surprises parfois).

Carte : Tropicaltidbits

Si l'on regarde les modèles saisonniers qui donnent une tendance sur l'ensemble du mois, les signaux évoquent assez nettement une prédominance anticyclonique. En rouge sur la carte ci-dessus, on remarque bien une anomalie positive et donc des pressions élevées qui s'étirent de l'Atlantique vers l'Europe. Cela ne signifie pas forcément que les 28 jours de février seront anticycloniques mais la tendance est bien là. Qui dit anticyclone dit tendance sèche. Concernant les températures, c'est plus incertain. On le voit bien actuellement où les hautes pressions nous apportent un temps ordinairement hivernal.

Si l'on essaie de décortiquer semaine par semaine avec le modèle Européen ECMWF weekly, et bien la tendance est exactement la même. En effet, si l'on prend deux semaine entre le 14 et 28 février, les modélisations démontrent des hautes pressions ancrées sur notre pays.

Cartes : ECMWF

Un mois de février similaire à janvier ? C'est ce qu'indiquent l'ensemble des paramètres à notre disposition. Dans ces conditions, la sécheresse persisterait et s'accentuerait. Côté températures, nous pourrions conserver des valeurs proches des moyennes, peut-être très légèrement plus douces. Restons prudents toutefois sur cette tendance. Nous pouvons émettre l'hypothèse que la période remarquablement anticyclonique que nous vivons actuellement faussent les données assimilées par les modèles saisonniers qui par conséquent entrevoient des pressions anormalement élevées.

Toutefois, si l'on s'en tient aux tendances saisonnières, nous pourrions conserver le temps actuel durant le mois de février. Notons qu'un simple décalage de l'anticyclone et avec l'arrêt du vent, les nuages bas pourraient facilement s'inviter avec un ressenti bien différent. Cela reste de la prévision plus fine. A l'échelle de l'Europe, les signaux vont donc dans le sens de la poursuite de la sécheresse qui pourrait devenir inquiétante sur notre région.

Partager sur