Prévisions & Suivi en temps réel

Tendance météo pour l'été 2022

Si vous ne le saviez pas encore, le calendrier météorologique n'est pas le même et l'été débute le 1er juin pour se terminer le 31 août. Dans moins d'une semaine, l'été météorologique débutera. Nous avons déjà l'impression d'être en plein été avec des températures dignes d'un mois de juillet et même parfois plus chaudes en plein mois de mai. Ce mois de mai que nous connaissons est particulièrement remarquable. Outre ces températures, c'est la sécheresse qui inquiète. On peut alors se demander, si nous avons des températures d'un mois de juillet au mois de mai, que cela va-t-il donner pour cet été ?

Premièrement, aucune corrélation n'a été prouvée et ne peut être faite entre un printemps chaud et sec qui pourrait nous apporter un été caniculaire ou inversément, cela ne veut pas dire que l'été sera frais. Avant tout, il faut comprendre pourquoi nous avons si chaud en ce moment. Premièrement, le réchauffement climatique est directement lié, sans absolument aucun doute mais le contexte météorologique s'y prêtait également avec un flux généralement orienté au Sud-Ouest drainant l'air chaud en provenance d'Espagne et d'Afrique du Nord. Quelles sont les tendances alors pour ces prochaines semaines et ces prochains mois ?

Cartes : ECMWF

Le modèle saisonnier issu du centre Européen ECMWF est sans appel. En effet, si on regarde les projections sur le trimestre juin/juillet/août, les données sont assez simples à analyser. Comme on peut le voir ci-dessus, la carte de gauche modélise une importante probabilité d'avoir une anomalie positive pour la température. La carte de droite concerne les précipitations et là encore la carte est bien lisible avec une probabilité élevée d'avoir un déficit pluviométrique. Les projections font état de températures de 1 à 2°C au-dessus de la moyenne sur le trimestre et un déficit de pluie entre 0 et 50%.

Il arrive que ces données soient lissées du fait qu'il s'agit d'une tendance sur trois mois. Cela n'est pas le cas ici avec une tendance très nette vers un été chaud et sec sur l'ensemble de l'Europe dont la France. Si on s'intéresse aux centres d'actions, ce même modèle entrevoit des hautes pressions récurrentes sur l'Atlantique. Cela pourrait bloquer le flux Océanique et cela corrobore l'absence de précipitations. Les basses pressions pourraient circuler bien plus au Nord vers la Scandinavie où nous pourrons avoir plus de pluie.

Cartes : Copernicus

A plus moyen terme, nous pourrions avoir une période plus proche des moyennes avec une incursion plus fraiche sur le Nord de la France pour la première semaine de juin. Comme on peut le voir sur la carte de gauche ci-dessus, notre région pourrait bien rester à l'écart. Cela pourrait être la seule tentative du mois de juin avant le retour des hautes pressions et d'un temps sec et plus chaud. La carte de droite est une tendance pour la période du 13 au 19 juin et on remarque bien l'anomalie positive de température sur une très large partie Sud de l'Europe.

Pour conclure, bien sur, des périodes relativement fraiches et perturbées sont possibles ces prochaines semaines. Toutefois, elles devraient rester ponctuelles et peu intenses. D'une manière générale, les signaux convergent vers un été anormalement chaud et sec. Ainsi, le risque de canicule semble bien présent pour cet été 2022 sans que cela soit certain et la sécheresse pourrait s'accentuer sur la France.

Partager sur