Prévisions & Suivi en temps réel

Tendance météo pour ce printemps 2019

Pour débuter, revenons rapidement sur cet hiver 2018-2019. Pour rappel, l'hiver météorologique se termine aujourd'hui. Notre tendance saisonnière laissait penser à un hiver plutôt dans les moyennes et même parfois frais. En effet, les centres d'actions étaient vus assez hauts en latitude avec des blocages anticycloniques récurrents laissant la porte aux coulées froides sur notre pays. Conclusion ? Seul le mois de janvier fut frais. Décembre et février ont été dominés par la douceur. Pour autant, l'élévation de l'anticyclone a bien été présente mais nous étions très souvent du mauvais coté de l'anticyclone tandis que les coulées froides se réalisaient plus à l'Est comme dernièrement sur la Grèce.

Autre élément important, malgré des conditions favorables à un temps frais voire froid, le mois de janvier termine seulement 0,3°C sous les moyennes de saison à l'échelle du pays. Ainsi, il ne pèse aucunement dans la balance face à décembre et février qui terminent 2°C au-dessus des normes de saison. Cet hiver n'est donc pas exceptionnellement doux dans son ensemble mais il reste au-dessus des moyennes et on retiendra cette fin février historiquement douce. Enfin, côté précipitations, c'est la sécheresse qui a dominé sur notre région (voire carte ci-dessous).

Source : Météo-France

C'est donc globalement loupé pour cet hiver que nous pensions dans les normes voire plus frais. Il faut savoir qu'annoncer un temps plus frais que la normale est une grande prise de risque. C'est la triste réalité quand on voit que seulement 5 mois ont été plus frais sur les 60 derniers. Statistiquement, annoncer un temps plus chaud réduit les probabilités de se tromper. C'est le jeu des tendance saisonnières. Dès lors, notre regard se tourne vers le trimestre mars/avril et mai correspondant aux 3 mois du printemps météorologique. Avant tout, il faut savoir que les tendances à long terme restent un exercice délicat qu'il faut toujours prendre avec des pincettes. De plus, les "inter-saisons" comme le printemps et l'automne sont encore plus difficiles à appréhender car elles sont faites d'écarts importants.

En effet, au cours du printemps, nous pouvons très bien avoir de gros coups de froid comme une forte chaleur. De même, de forts orages sont possibles ainsi que des périodes sèches. Ce grand écart est difficile à résumer dans une seule et même tendance. Une fois cela pris en compte, intéressons-nous aux différents indices qui pourraient nous aiguiller.

Source : Copernicus / EFFIS

Ci-dessus, nous avons l'écart de température pour le mois d'avril. Ainsi, on remarque que la tendance est clairement à un temps plus doux. Vous observerez que les secteurs plus frais sont quasiment inexistants dans cet océan de douceur. Au vu des différentes modélisations, les mois de mars et avril s'annonce doux, avec des températures au-dessus des moyennes de saison. Côté précipitations, après avoir été discrètes cet hiver, elles pourraient être plus présentes au mois de mars sur la France. Nous pouvons espérer quelques périodes pluvieuses sur la méditerranée même si rien n'est certain.

Avril serait plus sec et assez chaud sur tout le pays. Enfin, le mois de mai est plus incertain. Les températures pourraient se rapprocher des moyennes de saison, ce qui donne un temps plutôt agréable sachant que les premières chaleurs se font généralement au mois de mai. Après un mois d'avril plutôt sec, les précipitations se rapprocheront aussi des normes pour ce dernier mois du printemps. 

Source : Copernicus / EFFIS

Au final, ce printemps 2019 a de bonnes probabilités d'être assez doux voire chaud et de finir au-dessus des moyennes de saison. Côté précipitations, cela restera hétérogène d'une semaine à l'autre et même d'un mois à l'autre ce qui est plutôt classique. Nous avons l'habitude d'avoir des précipitations contrastées entre mars, avril et mai.

Partager sur