Prévisions & Suivi en temps réel

Sécheresse : où est passée la pluie ?

Ce ne sont pas les quelques gouttes ou petites averses tombées ces dernières 48 heures qui vont changer grand chose. Nous pouvons relever 0,4 mm à Nîmes, 0,6 mm à Montpellier ou encore 2,2 mm à Perpignan. Ces cumuls restent anecdotiques pour ne pas dire dérisoires face au manque d'eau qui s'accentue de jour en jour. Depuis le 1er mai, sur ces mêmes stations, nous relevons 4 mm à Perpignan, 7,9 mm à Montpellier et 21,4 mm à Nîmes. Cela donne un déficit de 65 à 90% et il ne reste que 6 jours pour inverser cette tendance. Si on analyse la situation pour cette fin de mois, la dépression qui nous a apporté ce temps faiblement perturbé s'éloigne lentement en Méditerranée.

Dans le même temps, l'anticyclone s'installe sur le Royaume-Uni mettant en place un barrage anticyclonique sur l'Atlantique. Comme on peut le voir sur la carte ci-dessous, cette configuration sera propice à l'installation d'un flux de Nord sur notre région.

Carte : Tropicaltidbits

Qui dit flux de Nord dit mistral et tramontane. Déjà bien installé aujourd'hui, le vent va donc se maintenir ces prochains jours. Comme souvent, les rafales les plus importantes sont attendues entre Aude et Pyrénées-Orientales dans le domaine de la tramontane et le long du Rhône concernant le mistral. Ce vent favorisera l'assèchement de la masse d'air et donc le retour du soleil qui s'imposera de plus en plus ces prochains jours jusqu'à ce week-end.

Ce vent contribuera aussi à l'accentuation de la sécheresse de surface. Si les températures ont observé une baisse, elles vont remonter de jour en jour. Nous sommes restés au-dessus des moyennes de saison et l'anomalie va encore s'accentuer. Par ailleurs, ce temps sec et venté fera craindre un risque d'incendie durant ce week-end de l'ascension. La plus grande prudence est recommandée. Concernant la pluie, il semblerait bien qu'une pluie ne soit attendue d'ici la fin du mois. Il faudra confirmer cela pour le début semaine suivante (30 et 31 mai) car la fiabilité n'est pas encore très bonne mais la sécheresse devrait globalement persister.

Carte : Tropicaltidbits

Si les modèles à plus long terme entrevoient un temps potentiellement plus instable début juin, les modèles saisonniers restent sur un mois de juin bien sec en prévision sur l'ensemble de la France. Cela reste une tendance et les prévisions peuvent rapidement évoluer. Toutefois, depuis ce début d'année 2022, la sécheresse s'installe sur la France. Le déficit se creuse et les courtes périodes perturbées ou orageuses ne suffisent pas à rattraper le manque d'eau.

Partager sur