Prévisions & Suivi en temps réel

Risque d'orages très pluvieux entre l'après-midi et la nuit prochaine sur l'Est du Languedoc, l'Ardèche et la Drôme !

Après les sévères intempéries qui ont affecté le département du Gard hier, nos services demeurent très attentifs pour la journée qui arrive. En effet, nous demeurons sous l'influence d'un talweg dépressionnaire (il s'agit d'une zone de basses pressions étirée en forme de "V") en cours de résorption sur le proche Atlantique. Dans le même temps, une petite méso-dépression (dépression de petite taille) va prochainement se constituer dans le golfe du Lion, au large du Languedoc. L'anticyclone est quant à lui repoussé vers l'Italie.

Dans ce contexte, il existe un RISQUE (et non pas une CERTITUDE) d'orages très pluvieux et stationnaires quelque part entre l'Est de l'Hérault, le Gard, le sud de l'Ardèche, le sud de la Drôme, une partie du Vaucluse et des Bouches-du-Rhône principalement entre cet après-midi et la nuit prochaine. Comme souvent, à quelques heures de ce potentiel épisode pluvio-orageux intense, il est difficile de savoir "si la mayonnaise" va prendre ou non. Voici les éléments dont on dispose à cette heure. Tout d'abord, focus sur les paramètres de vent et d'instabilité pour cette journée : 

En fin de journée ainsi que durant la soirée et nuit suivante, un fort jet marin va se mettre en place sur la Camargue/Crau avec des rafales de vent voisines de 75/80 km/h qui advecte de l'humidité et de la chaleur latente. En remontant dans les terres, le vent est orienté au secteur nord avec des bourrasques de 15/20 km/h. Ces vents vont se confronter favorisant de puissantes ascendances (forçages atmosphérique par le sol). Durant ce timing, une anomalie d'altitude va longer l'Aveyron, la Lozère, l'Ardèche et la Drôme.

Il y a donc une fenêtre de quelques heures où de l'air frais et sec va être advecté à haute altitude, alors que de l'air très doux, surchargé en eau et instable va être advecté par les basses-couches. Ce contexte est contenu pour favoriser la mise en place d'orages rétrogrades, qui se réalimentent constamment et qui finissent par générer leurs propres conditions atmosphériques. Sauf que.... AUCUN modèle de prévision n'est en accord sur la localisation de ce potentiel et que malgré des indices allant en faveur d'orages très pluvieux, il arrive parfois que la mayonnaise ne parviennent pas à prendre. Ci-dessous, illustration des incertitudes avec 2 modélisations AROME/EURO4 pour le même moment :

Ces deux modèles gèrent plutôt bien les schémas convectifs et orageux. Or, AROME voit l'orage stationnaire prendre entre Valence et Grenoble !!! Alors que Euro4 (connu aussi sous le nom de NAE) voit l'axe sur le nord du Gard et l'Ardèche. C'est là que l'expertise entre en compte : on sait que les modèles ne parviennent pas à modélisation parfaitement les zones à risques. De ce fait, si on s'intéresse au positionnement des forçages atmosphériques et du meilleur ratio avec l'instabilité atmosphériques, nous aurions tendance à privilégier aujourd'hui un maximum de "risques" entre la moitié nord du Gard, le Sud-Est de l'Ardèche et le sud de la Drôme.

Le triangle approximatif de ce risque paroxysmal entre Nîmes / Uzès / Bagnols/Cèze / enclave Nyonsaise et secteurs périphériques. En bref, il est probable que le risque d'orages violents soient un peu plus au nord qu'hier... que les zones précédemment touchées, mais il est impossible de l'affirmer. C'est pourquoi nos services sont pleinement mobilisés pour suivre en temps réel l'évolution de la situation. Le scénario NAE/EURO4 est parmi les + extrêmes mais témoignent de ce potentiel diluvien :

Partager sur