Prévisions & Suivi en temps réel

Risque d'orages lundi en fin de journée et dans la nuit sur le Languedoc

Le contexte synoptique évolue peu en cette fin de semaine. La France demeure sous l'influence d'un anticyclone qui s'est retiré entre les Açores et le bassin Méditerranéen, en passant par l'Espagne. Toutefois, si les hauts-géopotentiels sont proches de notre pays, la pression atmosphérique est proche d'un marais barométrique, avec 1015 hPa en moyenne sur notre pays. Cela augure un week-end plutôt estival sur nos régions Méditerranéennes (voir ci-dessous).

La situation sera à suivre la semaine prochaine et début septembre. Plusieurs petits talweg dépressionnaires vont se constituer sur le proche Atlantique dans un premier temps, pouvant engendrer des orages localisés sur nos plaines et reliefs. Une dégradation plus franche est toujours surveillée aux alentours du 5 septembre, avec un risque d'épisode méditerranéen ou cévenol qui sera à confirmer ultérieurement. On fait le point ci-dessous. 

Commençons par notre week-end. Demain samedi, les conditions ensoleillées se maintiennent une grande partie de la journée. On note l'apparition de cumulus sur les Pyrénées et les Cévennes/Lozère dans l'après-midi. Ces cumulus vont déborder sur les plaines du Gard et de l'Hérault en fin de journée. Le mistral et la tramontane se maintiennent, avec des rafales de 50/55 km/h dans leurs domaines (vallée du Rhône, Aude et nord Roussillon) avant de faiblir progressivement l'après-midi.

Des brises marines vont s'imposer sur l'Hérault l'après-midi. Dimanche, le soleil persiste avec encore de beaux cumulus l'après-midi qui peuvent bourgeonner sur les plaines du Gard, ainsi que des Cévennes à la Lozère. On note la mise en place d'entrées maritimes la nuit suivante sur nos plaines littorales. Quant aux températures, l'été se poursuit avec des maximales qui vont atteindre fréquemment les 33 à 34°C en plaine. 

Situation sous surveillance dès lundi fin d'après-midi et durant la nuit qui va suivre. En effet, les principaux modèles voient la mise en place d'un talweg dépressionnaire peu dynamique sur le proche Atlantique, phasé avec un minimum dépressionnaire lui aussi peu dynamique en Méditerranée. C'est très "léger" comme signal atmosphérique donc cela reste à confirmer. Toutefois, le modèle ARPEGE simule la mise en place d'une forte instabilité atmosphérique sur l'Aude, l'Hérault et le Gard, avec des valeurs de MUCAPE > 1500 J/KG.

La situation est propice à la formation d'orages parfois très pluvieux, certes localisés, avec une localisation qui semble être plutôt sur les basses plaines ou le littoral. C'est entre l'Est de l'Hérault et l'Ouest du Gard que le risque d'orages est le plus significatif (Montpellier/Lunel/Quissac). A affiner. 

 

Partager sur