Prévisions & Suivi en temps réel

Réchauffement climatique : peut-on encore connaitre des hivers froids en France ?

© Météo Passion
© Météo Passion

Climatosceptiques n'acceptant pas le débat, passez votre chemin car oui, la terre se réchauffe. Nous avons déjà rédigé des articles en ce sens démontrant le changement global à tendance douce. Nous avons également décrit des réchauffements antérieurs il y a des milliers d'années mais celui que nous connaissons actuellement évolue très rapidement et cela ne peut laisser de doute sur sa cause. Le réchauffement climatique est en marche et parait s'accroitre à vue d’œil. Même avec une vingtaine d'années de recul (un rien à l'échelle du climat), nous voyons déjà des changements importants dans nos saisons. Les situations froides "classiques" ne fonctionnent que peu voire pas du tout et les situations chaudes "classiques" donnent immédiatement des canicules avec des records de chaleur à la clef.

Si la température moyenne sur le globe se réchauffe, peut-on pour autant dire que le froid a totalement disparu ? La réponse est non, heureusement. D'ailleurs, c'est un des arguments de ceux qui restent dubitatifs face à ce réchauffement : "Vague de froid sur les Etats-Unis et on nous parle de réchauffement". Grossière erreur ! La climatologie ne se fait pas à l'échelle d'un pays et encore mois d'une semaine froide.

Source : Stefan Rahmstorf

Source : Stefan Rahmstorf

Le réchauffement climatique à l'échelle du globe ne fait pas de doute. Bien entendu, de rares secteurs observeront un baisse des températures tandis que beaucoup verront le thermomètre grimper. La moyenne s'étire très largement vers le chaud et même le très chaud. Notre pays n'y échappe pas et les derniers bilans font froid dans le dos. Le réchauffement semble très clairement s'accélérer. Il est trop tôt pour tirer des conclusions mais la nouvelle tendance ne prête à aucun contre-argument. Si la température annuelle se réchauffe, nous pouvons observer quelques disparités sur les saisons. L'été semble être la saison la plus touchée tandis que l'hiver se réchauffe plus lentement (en tout cas sur notre pays).

Ci-dessous, on observe deux graphiques assez identiques. Il s'agit de l'écart de la température par rapport à la moyenne sur la France. A gauche, nous pouvons remarquer une tendance au réchauffement très nette, plus particulièrement durant les vingt dernières années. Sur le graphique de droite, le réchauffement est présent mais parait moins important. En réalité, le graphique de gauche démontre la moyenne de nos étés et celui de droite celle des hivers.

Source : Météo-France

Que peut-on en conclure ? Le constat est triste mais reste la réalité. La France n'a pas connu d'été plus frais que la moyenne depuis maintenant trente ans. Désormais, connaitre un été dans les moyennes voire légèrement plus frais semble quasiment impossible. Depuis les années 85-87, tous nos étés ont été plus chauds que la normale. Concernant notre hiver, le constat est à peine moins alarmant. En effet, les variations sont plus importantes. On remarque des hivers exceptionnellement froids comme en 1963 ou dans les années 40.

Toutefois, la conclusion est que depuis les années 90, les hivers froids se font rares. Nous en avons quelques-uns timidement plus frais notamment en 2010 au milieu d'hivers plus beaucoup plus doux comme en 2015. Cela peut se corréler aux vagues de froid. Ci-dessous, un graphique classe les vagues de froid sur la France selon leur intensité et leur durée. Ainsi, plus le froid est durable et plus la bulle correspondante sera sur la droite. Plus le froid est intense et plus la bulle est en haut du graphique.

Source : Météo-France

Ainsi, on remarque la vague de froid de 1956 qui est un OVNI en climatologie. Celle de 1963 est aussi longue mais un peu moins intense. Pour finir de comprendre ce graphique, la vague de froid de 1985 est aussi intense que celle de 1956 mais elle a duré moins longtemps. Sur le graphique du haut, nous avons représenté les vague de froid sur trente ans entre 1958 et 1988 (en bleu). Nous avons volontairement écarté 1956 qui peut fausser la moyenne. Le graphique du bas représente les trente dernières années jusqu'à 2017-2018 (en bleu). Que remarque-t-on ?

Premièrement elles sont moins nombreuses. Sept vagues de froid ces trente dernières années contre treize entre 1958 et 1988. Mais le constat ne s'arrête pas là. Nous remarquons une tendance à avoir des vagues de froids de plus en plus proche du coin en bas à gauche du graphique. Autrement dit, le froid a tendance à être moins intense et moins durable qu'avant. Toutefois, les vagues de froid peuvent encore exister en France. Exemple avec celle de 2012 qui est la plus récente. Pour conclure, la réponse à notre article est : oui, la France peut encore connaitre des hivers froids mais ils se font de plus en plus rares au sein du réchauffement climatique. Le constat est l'inverse pour les canicules, de plus en plus nombreuses. Exemple ci-dessous avec les mêmes graphiques que pour les vagues de froid mais cette fois-ci avec les vagues de chaleur. La graphique du haut démontre la chaleur entre 1958 et 1988 tandis que celui du bas entre 1988 et 2017.

Source : Météo-France

Constat sans appel, nous vous laissons réfléchir avec ces chiffres : quatre vagues de chaleur en trente ans entre 1958 et 1988 contre seize vagues de chaleur entre 1988 et 2017. Rien à ajouter.

Partager sur