Prévisions & Suivi en temps réel

Prévisions saisonnières en France : à quoi s'attendre en avril, mai et juin ?

Nouvelle actualisation des tendances saisonnières pour les prochains mois - trimestre avril / mai / juin en France. Comme toujours, nous rappelons à quel point les prévisions à très long terme constituent un exercice délicat et incertain. Par ailleurs, en lien avec la crise Covid19, de nombreux avions réalisant habituellement et quotidiennement des relevés météorologiques en haute altitude ne volent plus depuis plusieurs jours. Les modèles météorologiques ne sont pas enrichis de données comme ils l'étaient habituellement.

Ceci peut avoir des répercussions importantes sur la fiabilité des prévisions. Ouvrons nos yeux sur avril (voir carte ci-dessous). Selon le modèle saisonnier CFS, nous devrions assister au retour des hautes pressions sur l'ensemble du territoire Français durant ce mois d'avril, avec des températures se situant 0.5 à 1°C au-dessus des moyennes saisonnières. Cela n'exclut pas quelques nuits froides lorsque le ciel est dégagé mais le risque de gel va bien logiquement diminuer. Aucun signal d'un nouveau coup de froid tardif pour le moment.

Concernant la pluviométrie, les orages seraient nombreux en Espagne mais plus rares en France. Cela devrait conduire à un mois d'avril déficitaire sur le plan des pluies (30 à 50% de moins que la norme) et cela sur quasiment tout le pays (hors l'extrême nord et côtes de la Manche). Pour le mois de mai, le modèle saisonnier CFS continue à voir des hautes pressions entre la France et la Scandinavie.

Le contexte serait moins anticyclonique près de l'Espagne et du Maroc, où de nouveaux orages seraient à attendre. Sur la France, le mois de mai devrait rester +1 ou +1.5°C au-dessus des moyennes saisonnières. Les orages seraient un peu plus nombreux entre les Pyrénées et le Massif-Central ainsi que sur les reliefs des Alpes. En dehors de ces zones, la pluviométrie serait (au conditionnel) globalement déficitaire.

Pour le mois de juin, la tendance est aussi anticyclonique selon CFS sur l'ensemble de l'Europe, y compris près de l'Espagne où le contexte dépressionnaire se résorberait progressivement. Dans ce contexte, les températures pourraient devenir chaudes à très chaudes en France, avec une anomalie de +1.5 à +2°C par rapport aux normes. Le risque d'orages serait plus présent sur les reliefs. Les plaines semblent assez peu exposées.

Une faible exposition ne veut pas dire qu'il n'y aura pas d'orage mais que ces derniers seraient, en proportion, plus rares que la "moyenne". En bref, nous partirions sur un printemps plus doux que la normale saisonnière d'environ +1°C à l'échelle du territoire métropolitain. La pluviométrie serait à priori déficitaire de façon générale, laissant entendre un éventuel risque de sécheresse.

Partager sur