Prévisions & Suivi en temps réel

Prévisions actualisées pour les risques d'orages entre fin août et début septembre !

Le week-end que nous connaissons est dominé par des conditions ensoleillées et de fortes chaleurs dans l'intérieur des terres. Le bord de mer est plus tempéré, en raison des brises marines et des quelques nuages bas qui sont en place. Demain dimanche, il s'agira du même type de temps. La sécheresse actuelle devient très importante, alors que l'intensité du premier potentiel pluvio-orageux de cette fin d'été est constamment revu à la baisse.

En effet, une petite goutte froide va glisser sur l'Espagne mardi. Elle sera peu dynamique, mais terminera sa course vers le bassin Méditerranéen. Dans ce contexte, les nuages s'annoncent assez nombreux mardi sur tout le Languedoc-Roussillon. Des averses orageuses vont se déclencher près des Pyrénées et de la Lozère. D'autres vont circuler en mer Méditerranée. Entre les deux, nos plaines ne seront que peu affectées par la dégradation mais quelques averses orageuses isolées sont tout de même probables.

Les cumuls s'annoncent faibles : 0 à 3 mm, rarement 5 à 10 mm sous les foyers les plus actifs près des Pyrénées. Les plus forts orages vont rester sur l'Espagne ainsi qu'au large en Méditerranéen. Mercredi, le temps s'améliorera assez rapidement avec le retour du soleil et de fortes chaleurs. Que penser de la suite ? Comme toujours, nous resterons prudents en raison d'une échéance lointaine.

Hier, nous vous indiquions que le modèle saisonnier CFS continuait de voir un début septembre perturbé, avec des conditions dépressionnaires récurrentes de la Grande-Bretagne à l'Espagne ainsi que sur l'Ouest du bassin Méditerranéen occidental. Aujourd'hui encore, même si le signal est un peu moins marqué, la tendance reste similaire sur ce modèle saisonnier : 

En l'occurrence, il est toujours difficile d'espérer des pluies significatives généralisées. Avec l'arrivée calendaire de l'automne, les dépressions sur l'Atlantique vont progressivement reprendre de la vigueur. Il est donc logique que nous commencions à entrevoir des scénarios plus humides. Nous retiendrons néanmoins que ces derniers restent constamment à des échéances lointaines.

La première tendance saisonnière sur l'automne propose un signal de chaleurs récurrentes (dans le sens où nous serions quasiment constamment au-dessus des moyennes saisonnières) ainsi qu'une pluviométrie assez basse. En bref, toujours rien de bien passionnant à suivre !