Prévisions & Suivi en temps réel

Peut-on espérer de la neige en plaine pour la suite de l'hiver ?

L'hiver actuel peut sembler assez froid dans le ressenti sur nos zones de plaine, car il est exceptionnellement anticyclonique, ce qui favorise de fortes inversions thermiques et conséquemment des gelées quasiment généralisées la nuit. Il ne s'agit bien évidemment que d'un ressenti, puisque décembre ressort avec une anomalie positive d'environ +0.5/+0.7°C sur nos agglomérations (ce qui est légèrement au-dessus des normales) et, au 25 janvier, nous sommes peu ou prou dans les normes pour ce premier mois de l'année (minimales en-dessous, mais maximales au-dessus, avec de forts écarts thermiques journaliers).

En montagne, ce n'est pas la même ! La sécheresse se fait de plus en plus sentir et les températures sont généralement douces toujours en raison de ces inversions thermiques. On doit ce type de temps à des conditions anticycloniques récurrentes, qui ont de grandes probabilités de se maintenir durant au moins 10 jours encore (et peut-être plus encore) ! La question est ainsi posée dans cet article : peut-on espérer de la neige en plaine pour la suite de notre hiver sur les régions Méditerranéennes ? 

En premier lieu, sachez que les hautes pressions vont persister entre les Açores et toute l'Europe de l'Ouest jusqu'au week-end à venir. Ainsi, le soleil va franchement dominer (1) et l'on attend le retour du mistral/tramontane pour le milieu de semaine. Dans un premier temps, le vent restera modéré et se limitera uniquement aux zones habituelles de la vallée du Rhône et de l'Aude/nord du Roussillon. En lien avec une nouvelle coulée froide qui, comme les précédentes, passera surtout sur l'Europe Centrale, le mistral et la tramontane vont nettement forcir entre vendredi et samedi. Rafales jusqu'à 90 km/h dans les secteurs habituels.

Conséquemment, poursuite d'un temps gélif la nuit dans les zones déventées (ces dernières vont se raréfier au profit de la généralisation du vent ces prochains jours). Maximales douces de partout en semaine, puis en baisse pour le week-end en raison de l'accélération du vent et de la nouvelle coulée froide. Cette dernière est matérialisée pour la toute fin janvier/début février sur le modèle CEP (voir carte ci-dessous). Si ce scénario se vérifie, une dégradation pourra affecter nos reliefs avec de la neige en quantité modeste dès la basse/moyenne altitude. En plaine, pas ou très peu de précipitation. Pas de neige pour cette fin janvier, malgré le froid relatif. 

Cette synoptique est ni plus ni moins dans la continuité de tout ce que l'on a connu ces dernières semaines. La coulée froide sera ensuite piégée par le retour de l'anticyclone, donnant à nouveau un temps très ensoleillé et sec, alternant entre périodes ventées et non ventées. Il va à nouveau "beaucoup" geler la nuit en plaine, durant la première semaine de février, mais avec un risque de précipitation proche de... DE ZERO ! Cela nous repousse déjà à la fin de la première décade (vers le 10 février).

Si l'on en croit les modèles saisonniers : RIEN à espérer pour février si ce n'est la poursuite de conditions anticycloniques et conséquemment sèches. Bien évidemment, cela méritera largement d'être confirmé, car on sait à quel point les gouttes froides de fin d'hiver sont capricieuses mais dans le signal de fond, nous misons sur un ensoleillement excédentaire, des températures minimales froides, des maximales au-dessus des normes avec un déficit de précipitations. Les probabilités de neige en plaine sont donc faibles à très faibles. Il restera à voir en fin d'hiver si le vortex polaire est suffisamment malmené pour nous advecter quelque chose de plus hivernophile comme ce fut parfois le cas durant la dernière décennie. 

Partager sur