Prévisions & Suivi en temps réel

Mise en place d'un flux d'Est avec risque de froid la semaine prochaine !

Nous vous en parlons depuis plusieurs jour. La fiabilité est moyenne pour cette situation assez particulière pour une fin mars. En effet, après avoir attendu l'hiver pendant des mois, il pourrait faire une courte mais franche apparition pour les premiers jours de printemps. De nombreux doutes subsistent encore sur des détails qui auront leur importance mais nous commençons à entrevoir la tendance globale attendue la semaine prochaine. Retrouvez dans l'article ci-dessous notre point complet sur ce risque de froid.

Vague de froid ? Prudence sur les mots qui ont une signification précise. Pour parler de vague de froid, nous devons entrer dans certaines conditions et cela n'est pas encore assez clair. Pour autant, il parait de plus en plus probable qu'un Moscou-Paris se mette en place en milieu de semaine prochaine.

Cartes : Tropicaltidbits

Comme illustré sur les cartes ci-dessous, nous observons un schéma classique que nous pouvons retrouver en hiver. Un anticyclone s'installe sur la Scandinavie apportant de l'air plus doux entre la Grande-Bretagne et les pays Scandinaves. Dans le même temps, l'air froid s'accumule sur l'Europe de l'Est. Ce point est très bien entrevu par les modèles. C'est la suite qui est plus incertaine car elle nécessite une succession d'événements pour drainer cet air froid vers notre pays et encore plus vers les régions méditerranéennes.

Ce vendredi, les deux principaux modèles de prévision (GFS et CEP) commencent à montrer un accord global sur l'arrivée de l'air froid sur la France. Pour autant, ils se différencient sur plusieurs points. Le plus important concerne l'évolution de la goutte froide. Elle pourrait traverser la France ou bien avoir du mal à progresser pour plonger en Méditerranée. Dans les deux cas, une chute des températures est attendue.

Carte : Météociel

Sans faire de plan sur la comète, la confrontation de cet air froid et de l'air doux en Méditerranée pourrait générer un temps plus perturbé sur notre région. Dans un premier temps, cela pourrait limiter les risques de gel mais un autre élément pourrait être à surveiller : la neige ! Il n'est pas question (encore) d'annoncer de la neige en plaine mais il faut savoir que certains scénarios (encore minoritaires) démontrent que le doute est permis.

Cela s'est déjà produit dans le passé avec ces intrusions froides tardives. Avec l'avancée de la saison, il faut que tous les astres soient parfaitement alignés pour que la neige tombe. Le moindre enrayement dans la machine pourrait rapidement faire remonter la limite pluie-neige et inhiber toute probabilité de voir l'or blanc. Ce n'est qu'une possibilité que nous vous faisons partager après notre hiver remarquablement doux. Bref, pas d'emballement, nous en sommes encore loin.

Partager sur