Prévisions & Suivi en temps réel

Météo : pourquoi la fin du mois de décembre est à suivre de près ?

Après un début décembre agité et frais, c'est un net changement de temps qui se met en place actuellement. En effet, un puissant anticyclone ("patator" pour les intimes) se positionne sur notre pays. Il devrait stagner de nombreux jours sur l'Europe de l'Ouest avec une légère tendance à se centrer entre le Nord de la France et l'Angleterre. Si anticyclone ne rime pas toujours avec soleil en période hivernale, sa position devrait nous offrir de belles journées ensoleillées pour toute la semaine à venir. En effet, la grisaille touchera une large moitié Nord et Ouest du pays mais nous devrions rester à l'écart avec tout au plus quelques brumes localisées au lever du jour.

Pour les amateurs de soleil et de douceur, c'est donc une belle semaine qui nous attend. Douceur relative car les secteurs déventés connaitront des gelées fréquentes. Ces températures négatives remonteront rapidement à l'aide du soleil avec des après-midi douces en perspective. Nous sommes dans la situation typique où nous avons un grand écart thermique entre les nuits fraiches et la douceur de l'après-midi.

Cartes : Tropicaltidbits / ECMWF

Cela pourrait perdurer jusqu'aux alentours du 20 décembre. Entre Noël et le jour de l'an, la situation pourrait bien changer. Comme on peut le voir sur les deux cartes ci-dessus représentant chacune un modèle saisonnier, le signal d'un temps nettement plus froid se confirme pour la fin du mois. En réalité, le contexte synoptique évoluera peu. L'anticyclone positionné sur l'Angleterre pourrait continuer de s'élever lentement mais surement vers l'Écosse, l'Islande et la Scandinavie. Ainsi, un flux d'Est pourrait (c'est encore incertain) s'installer pour la fin décembre.

Ce flux continental assimilé au "Moscou-Paris" pourrait être synonyme d'une vague de froid sur une grande partie de l'Europe. Sa localisation exacte, son intensité tout comme sa durée sont encore incertaines mais les modèles saisonniers ne cessent de confirmer par leurs modélisations froides. Cette constance attire notre attention. Si ce flux d'Est très froid pourrait être généralement anticyclonique et donc sec sur une large partie du pays, on surveillera un temps plus dépressionnaire en Méditerranée.

Cartes : Météociel

Ci-dessus, il s'agit des deux principaux modèles (CEP à gauche, GFS à droite) que nous utilisons pour les prévisions à quelques jours. Si l'on avance un peu leur échéance, nous remarquons sur les deux modèles la mise en place d'un anticyclone qui s'élève vers l'Islande. Dans le même temps (en bleu/violet), l'air froid s'accumule sur la Russie et est prête à débouler sur l'Europe. En bref, nous commençons déjà à entrevoir la configuration sur les modèles à moyen terme évoquée sur les modèles saisonniers. La concordance de ces paramètres apportent une fiabilité assez bonne.

La prudence reste de mise car les choses peuvent rapidement évoluer. Toutefois, cela fait longtemps que nous n'avons pas eu un tel potentiel de vague de froid en début d'hiver. Si l'on va plus loin, l'anomalie de température se poursuivrait au moins une partie du mois de janvier. Ce froid pourrait donc être durable en début d'année 2022. En conclusion, si ces prochains jours s'annoncent calmes et assez doux, l'hiver n'a pas dit son dernier mot, loin de là. Nous surveillons d'ores et déjà la fin du mois avec un potentiel de vague de froid digne de ce nom non négligeable.

Partager sur