Prévisions & Suivi en temps réel

Mais où est passé notre hiver ?

Vous l'aurez remarqué, ce samedi ne fut pas si agréable avec des nuages nombreux et parfois un peu de pluie (très faible). Pour autant, les températures étaient douces. Les minimales étaient comprises entre 4 et 6°C dans les terres, 6 à 8°C près des littoraux, localement plus. Cet après-midi, nous avons atteint 16 à 20°C sur une bonne partie de la région (un peu moins côté Gard et vallée-du-Rhône). Sans excès, ces températures restent bien au-dessus des moyennes de saison pour 1er février. Pour autant, ce type de journée est devenue normale. On pourrait même dire que ces journées plus humides sont assez désagréables tant on oublie vite ce qu'est une vraie journée hivernale.

Dès demain et surtout lundi, les températures vont s'envoler pour dépasser les 20°C. Cela est déjà arrivé dans le passé. Certains diront qu'en 1900 et quelques, nous avions déjà eu plus de 20°C. Oui sans doute mais cette douceur faisait suite à un hiver bien plus rude. En ces temps modernes, les 20°C font suite à des journée de 15°C et c'est là que le bât blesse.

Source : Météociel

Ci-dessus, nous avons les températures prévues par le modèle Arpège pour lundi. Des pointes plus importantes seront certainement atteintes localement. Nous devrions rester quelques degrés sous les records (dont de nombreux datent de février 2019) mais la grande différence c'est que nous serons le 2 février contrairement aux records qui tombent généralement les derniers jours du mois. Ces 3 ou 4 semaines comptent beaucoup. Il est bien plus rares de dépasser les 20°C en début de mois plutôt qu'en fin de mois. Ainsi, des records dits "décadaires" sont bien possibles.

Les premières conclusions de Météo-France justifient ce triste constat : "le bimestre constitué par les deux premiers mois de l'hiver 2019-2020 est le deuxième le plus doux en France depuis le début des relevés (au moins depuis 1900). La température moyenne nationale* sur ces deux mois est de 7,6 °C, soit une anomalie positive de 2,3 degrés au-dessus de la moyenne climatologique sur cette période qui est de 5,3°C".

Source : Météo-France

Est-ce que le mois de février peut sauver cet hiver particulièrement doux ? De premier abord, il est quasi impossible de faire pencher la balance dans l'autre sens. En effet, même avec un mois de février très froid, il ne pourra rivaliser avec ces deux mois très doux. En revanche, dans le ressenti général, si une vague de froid digne de ce nom intervient pendant 1 ou 2 semaines en plein cœur de février, nous aurions l'impression d'avoir vécu un bel hiver oubliant vite décembre et janvier.

Oui mais voilà faut-il encore que cela se produise. Si l'on s'intéresse aux projections à moyen et long terme, tous les modèles saisonniers vont dans le même sens. Ces tendances valent ce qu'elles valent mais l'indication semble assez nette.

Sources : COPERNICUS / Tropicaltibits

A gauche, le modèle saisonnier ECMWF et à droite le modèle saisonnier CFS. On peut remarquer que pour une tendance sur le mois de février, les deux modèles sont assez semblables (ce qui est plutôt rare en prévision saisonnière). Une anomalie douce sur la France autour de 1°C face à une anomalie douce exceptionnelle en se rapprochant de la Russie. Ainsi, l'hiver devrait se terminer comme il a débuté avec une douceur persistante, un risque de perturbations surtout sur la moitié Nord du pays, risque plus atténué en se rapprochant du bassin Méditerranéen. En conclusion, même si on ne peut exclure un courte période fraîche très isolée, cela semble peu probable et nous devrions nous diriger vers un des hivers les plus doux jamais enregistrés.

Partager sur