Prévisions & Suivi en temps réel

Le printemps est de retour avec des températures > 20°C en Méditerranée !

Une goutte froide descend actuellement sur un axe Belgique - Suisse - Golfe de Gênes. Elle va être à l'origine d'un renforcement du mistral et de la tramontane pour la journée de demain lundi sur le Languedoc et le Roussillon. Les rafales vont atteindre 60 à 80 km/h notamment pour lundi après-midi. A partir de mardi, les hautes pressions anticycloniques vont se propager des Açores vers l'Espagne, puis de l'Espagne vers la France.

Ces hautes pressions vont se maintenir durant une semaine au moins, avec des températures en nette hausse au fil des jours. Pour demain lundi, nous attendons des maximales de 15 à 16°C en plaines et agglomérations. Pour mardi, les maximales progresseront entre 16 et 17°C de façon générale, localement 18°C en se rapprochant de Perpignan ou de Céret dans les Pyrénées-Orientales, le tout avec un ciel bien dégagé. Soit... Pour mercredi, forte hausse des thermomètres : 

Avec l’affaiblissement du mistral et de la tramontane et la poursuite d'un temps ensoleillé, les maximales vont atteindre 20 à 22°C en plaines et agglomérations. Des pointes à 25°C sont possibles à la limite du Gard et de l'Hérault. De telles températures sont une nouvelle bien au-dessus des moyennes saisonnières. Entre jeudi et vendredi, nous conserverons un temps majoritairement ensoleillé.

 

Par ailleurs, les maximales resterons proches de 18 à 20°C en général en plaine, parfois 21 ou 22°C en se rapprochant du Gard et de l'Hérault. Le week-end prochain, les hautes pressions se maintiendront sur le sud de la France, alors que des basses pressions vont s'abaisser entre les Îles Britanniques et l'Allemagne, en débordant vers le nord du pays. Dans ce contexte, soleil et grande douceur persisteront en Méditerranée. Nous allons ainsi connaître une belle semaine. 

Pour la semaine suivante, les scénarios divergent. Le modèle GFS voit les basses pressions s'enfoncer plutôt sur l'axe précédemment décrit, entre l'Allemagne et la Suisse. Les hautes pressions seraient plus en retrait sur l'Atlantique. Le modèle CEP est radicalement différent, avec des basses pressions s'enfonçant sur la France, ce qui pourrait engendrer une éventuelle goutte froide près de l'Espagne.

Si ce scénario vient à se vérifier, une dégradation assez active se produira près de la Méditerranée, avec des températures s'orientant à la baisse. Scénario largement à préciser d'ici là, à confirmer, tant l'échéance est lointaine et les divergences entre modèles omniprésentes. 

Partager sur