Prévisions & Suivi en temps réel

Le contexte météorologique va-t-il évoluer dans les prochaines semaines ?

Depuis la fin du printemps, les hautes pressions anticycloniques sont récurrentes près de l'arc Méditerranéen. Ceci s'est traduit par des températures nettement au-dessus des moyennes saisonnières et une pluviométrie déficitaire. Les quelques averses et orages des derniers jours ont certes favorisé une petite pause concernant la sécheresse, mais cette dernière reste tout de même d'actualité.

Concernant les prévisions météorologiques des prochains jours, la tendance est sans appel : nous allons rester sous l'influence d'un solide anticyclone. Dans ce contexte, le soleil va demeurer omniprésent en plaine, malgré quelques débordements nuageux toujours plus nombreux dans l'intérieur de l'Aude. Le vent dominant est orienté au secteur nord-ouest. Concernant les températures, après le bref coup de fraîcheur que nous connaissons actuellement, ces dernières vont repartir à la hausse.

Pour répondre à la question posée dans le titre de l'article, nous resterons prudents. Néanmoins, les principaux modèles numériques de prévision envisagent une accentuation du contexte dépressionnaire sur le nord de l'Atlantique à partir du 10 octobre. Ci-dessous, une carte du modèle GFS (centre Américain). On constate que les basses pressions vont s'installer entre l'Islande, la Grande-Bretagne et la Scandinavie.

De ce côté de l'hémisphère, la prévisibilité semble assez bonne. Les hautes pressions semblent progressivement se retirer sur le sud-ouest de l'Atlantique, près des Açores, ainsi que près de l'Afrique du nord. La France se retrouverait alors au carrefour de plusieurs influences : au nord les dépressions, au sud l'anticyclone. L'interrogation soulevée à ce jour reste de savoir si les dépressions vont s'enfoncer ou non sur la France d'ici la mi-octobre. 

Raisonnablement, il est probable qu'un changement de temps au moins partiel se mette en place après le 12 octobre, avec des perturbations récurrentes sur les 3/4 de la France (ouest et nord). Sur les régions méditerranéennes, le flux de nord se traduirait plutôt par un temps ensoleillé avec du mistral et de la tramontane. Températures en baisse (bonne prévisibilité) qui s'explique également par l'avancement dans la saison.

Ci-dessous, le graphique de l'épaisseur des géopotentiels à 500 hPa (environ 5000 m d'altitude) jusqu'au 19/10 pour la ville de Montpellier. On constate à long terme l'apparition de scénarios "modérément" dépressionnaires. Par conséquent, les courbes de précipitations (scénarios tout en bas du graphique) réagissent également. Une situation que l'on va surveiller dans les prochains jours. 

Partager sur