Prévisions & Suivi en temps réel

Fortes chaleurs ces prochains jours : allons-nous le payer par la suite ?

C'est une phrase que nous entendons souvent, surtout lorsque l'on s'approche de l'automne dans notre région. Autant le dire dès le début, cela n'a pas de valeur scientifique. La chaleur n'amène pas les orages ou inondations à coup sûr mais on peut y trouver un rapprochement qui s'explique selon les configurations météorologiques. Revenons d'abord aux fortes chaleurs attendus ces prochains jours. Ces dernières s'étendent à l'ensemble du pays et plusieurs records de chaleur pourraient être battus. Bien qu'un cran en-dessous, la hausse du thermomètre reste importante sur les régions Méditerranéennes.

Pourquoi ce coup de chaud ? L'origine vient d'une dépression isolée ou goutte froide qui se forme actuellement au large en plein océan Atlantique. Celle-ci tourne dans le sens inverse des aiguilles d'une montre. Dans le même temps, les hautes pressions s'installent sur l'Europe de l'Est et tournent dans le sens des aiguilles d'une montre. Cette configuration place la France dans un puissant flux de Sud (voir schéma ci-dessous).

Source : Pivotal Weather

Dans ce contexte l'air provient d'Espagne et est encore très chaud pour la saison. Les maximales vont dépasser les 35°C à l'ombre dans de nombreuses régions de France. Avec une température de mer peu élevée, l'air qui passera au-dessus de la Méditerranée sera plus tempéré. C'est pourquoi la chaleur est moins exceptionnelle dans nos départements bien que les maximales atteindront des niveaux élevés dans l'arrière-pays en restant très au-dessus des moyennes de saison pour une mi-septembre.

C'est donc une dépression qui est à l'origine de ce soulèvement d'air chaud. Voilà pourquoi, nous associons souvent de fortes chaleurs tardives et les orages qui en découlent. Cela va-t-il être le cas pour la fin de semaine prochaine ? Oui, nous semblons de plus en plus nous diriger vers le premier épisode méditerranéen et/ou cévenol de la saison. Toutefois, des incertitudes demeurent et l'ouragan Paulette qui circule en Atlantique n'y est pas pour rien.

Carte : Météociel

Sur la carte ci-dessus, on observe bien la dépression située près du Portugal entrain de glisser lentement vers la France tandis que l'ouragan Paulette (faiblissant) se situe à l'Ouest des Açores. L’interaction entre ces deux dépressions donne beaucoup d'incertitudes avec des modèles qui ont du mal à correctement analyser les possibles effets de cet ouragan (attraction ou déviation de l'autre dépression). Toutefois, que tout soit clair, si épisode pluvieux il y a, cela ne sera en aucun cas cet ouragan qui devrait finir sa course sur les Açores.

Toutefois, en analysant l'ensemble des scénarios possibles, la majorité d'entre eux voient la dépression finir sa course près de la France avec à la clef un épisode pluvio-orageux potentiellement conséquent. Comme nous venons de l'expliquer, les incertitudes demeurent mais la probabilité d'avoir une dégradation méditerranéenne pour la fin de semaine prochaine augmente de jour en jour.

Partager sur