Prévisions & Suivi en temps réel

Du soleil, une météo sèche et des températures très douces

Image d'illustration : mer

Alors qu'une vague de froid sévère débutait il y a un an, cette fin février 2019 est remarquable pour ne pas dire exceptionnellement douce dans notre région avec des températures maximales se situant entre 6 et 10°C au-dessus des moyennes saisonnières ces derniers jours. En cause, une dorsale anticyclonique particulièrement solide qui stationne au-dessus de nos contrées depuis trois semaines désormais.

Sur la carte ci-dessous, nous pouvons distinguer l'alimentation de cet anticyclone qui remonte de l'Afrique en direction de l'Europe de l'Ouest et qui soulève conséquemment une masse d'air très doux. Cette configuration synoptique va se maintenir tout au long de la semaine à venir. Nous pouvons parler de situation de blocage avec des coulées froides circulant uniquement sur l'Est et le Sud-Est de l'Europe.

Dans ce contexte, vous l'aurez compris, nous allons bénéficier d'un bain de soleil quotidien ces prochains jours. La totalité de la semaine à venir - week-end prochain compris - devraient être ensoleillés. En l'absence de dépression près du golfe de Gênes, comme c'est habituellement le cas à cette période de l'année, le mistral et la tramontane sont très faibles lorsqu'ils arrivent à se réveiller.

La concomitance des hautes pressions, d'une masse d'air très doux en altitude, d'un vent faible et d'un excellent ensoleillement favorise l'envolée des températures. Nous pourrions d'ailleurs nous approcher de certains records ces prochains jours. Demain lundi, les maximales seront voisines de 16 à 18°C en plaine soit la journée la moins chaude de la semaine. Entre mardi et jeudi, les 20°C seront franchis tous les jours dans les plaines intérieures, avec probablement des pointes localisées à 22 ou 23°C près de Nîmes et de Carcassonne.

En fin de semaine et le week-end prochain, les températures s'annoncent toujours très douces notamment les après-midis, bien qu'en légère baisse. Les matinées seront quant à elles assez fraîches, en raison des inversions thermiques qui se produisent la nuit quand le ciel est dégagé et que le vent est faible. Outre la douceur, nos regards se portent également sur les précipitations qui sont absentes depuis début février. Pour le moment, cette "sécheresse" de fin d'hiver n'est pas préoccupante, les pluies ayant été abondantes l'année dernière.

Toutefois, les projections à long terme ne sont pas réjouissantes pour les nappes phréatiques ou les stations de sports d'hiver. Ci-dessous, retrouvez le diagramme de la ville de Nîmes. Les premières courbes représentent la température à 850 hPa (environ 1500 m). Le deuxième niveau affiche les températures de différents scénarios à 500 hPa (environ 5000 m). Enfin, tout en bas du diagramme, vous avez la représentation des scénarios pluvieux. Ces derniers sont très minoritaires jusqu'à la mi-mars.
 

Partager sur