Prévisions & Suivi en temps réel

Doit-on redouter une canicule cet été ?

Le mois de juin pointe le bout de son nez et la question de la canicule se pose de plus en plus. Alors qu'il y a encore peu de temps, nous aurions plutôt attendu le mois de juillet, nous savons désormais que juin peut être un mois exceptionnellement caniculaire. Rappelons le record historique de chaleur en France le 28 juin 2019 avec 46°C à Vérargues dans l'Hérault battant les 44,1°C de la canicule de 2003. La saison froide se raccourcit tandis que la saison chaude s'allonge en débutant en juin et en finissant parfois en Septembre. Dans un contexte de réchauffement climatique, nous pourrions tourner la question de "doit-on redouter une canicule cet été?" à "peut-on espérer un été sans canicule?".

Après 12 mois d'affilés plus chaud que la moyenne, annoncer un trimestre juin/juillet/août plus frais relèverait de l'exceptionnel. Nous allons tout de même regarder ce que disent les modèles saisonniers afin de déterminer si le risque de canicule est important ou non.

Source : Copernicus

Il existe de nombreux modèles saisonniers regroupés dans un "multi-system". Il s'agit d'une prévision sur l'ensemble de l'été météorologique soit juin/juillet/août. Le fait d'avoir plusieurs modèles en un peut lisser la prévision qui l'est déjà sur plusieurs mois. Toutefois, la carte ci-dessous représente l'anomalie de température au sol cet été. Nous pouvons remarquer deux grands ensembles.

Nous avons un premier secteur potentiellement plus frais qui se situerait sur le Nord du bassin Atlantique à l'Ouest de l'Irlande. A l'inverse, l'Europe serait plus chaude et surtout dans sa partie Sud-Est. Cela nous donne un gradient Nord-Ouest / Sud-Est. En bref, tout ce qui a de plus classique lors de nos étés. Toutefois, nous avons remarqué ces dernières années qu'à situation identique, la chaleur était plus importante. Autrement dit, malgré un schéma ordinaire, nous pouvons attendre des périodes caniculaires. La probabilité est d'autant plus importante entre Italie, Grèce et Turquie.

Carte : NOAA

L'été pourrait avoir du mal à s'installer complètement. En effet, comme expliqué dans notre précédent article, nous nous attendons à un mois de juin (du moins partiellement) assez perturbé et moins chaud voire frais localement. Ce risque semble prédominant entre Espagne et Maroc mais par extension, notre région pourrait être concernée. Et si juin mettait fin à la série de 12 mois consécutifs anormalement chauds ? C'est un pari risqué que d'annoncer cela et nous nous n'y aventurerons pas. Les tendances à long terme restent ce qu'elles sont : une indication globale qui ne tient pas compte des micro climats mais aussi des phénomènes ponctuels qui peuvent grandement jouer dans notre ressenti général.

Pour conclure, il est difficile de répondre simplement par oui ou par non concernant le risque de canicule pour cet été 2020. Pour autant, les différents paramètres énoncés ci-dessus, nous devrions nous diriger vers un été assez classiques dans son schéma météorologique. Cela pourrait donner des périodes "normales" mais aussi très chaudes voire caniculaires.

Partager sur