Prévisions & Suivi en temps réel

Dégradation fin octobre ou début novembre : possible épisode cévenol ?

La longue période anticyclonique que nous connaissons actuellement pourrait (notez encore la présence du conditionnel) toucher prochainement à sa fin. En effet, les modèles de prévision que nous utilisons voient un changement de temps en fin de semaine, en lien avec le renforcement de l'activité dépressionnaire sur l'Atlantique. Les deux modèles principaux - à savoir CEP et GFS - divergent quant au dynamisme et à l'enfoncement de cette dépression. En attendant, nous aurons encore quelques journées ensoleillées au programme.

Pour demain mardi, le soleil va briller en plaine et bord de mer. Exception matinale avec des nuages bas dans l'intérieur de l'Aude ainsi que sur la Lozère. Retour temporaire du mistral et de la tramontane qui vont forcir au fil des heures avec des rafales atteignant 40/60 km/h sur l'Aude et jusqu'à 70 km/h sur l'Est du Gard et la vallée du Rhône. Pour mercredi, le soleil continue de briller généreusement en toutes zones. Très rares nuages bas possibles sur l'Aude. Le mistral persiste en matinée, puis les brises marines marquent leur retour de partout l'après-midi - prémices d'un changement de flux ! Ci-dessous, voici l'évolution du contexte synoptique entre mardi et ce week-end : 

Ci-dessus, il s'agit des modélisations issues de CEP (centre Européen de prévision). En ce début de semaine, nous sommes sous l'influence d'une dorsale anticyclonique en cours de résorption qui se rétracte lentement mais surement vers le sud. On observe déjà le système dépressionnaire qui se renforce entre le Groenland et l'Islande. En fin de semaine, ce système dépressionnaire va glisser de l'Islande vers le proche Atlantique et le nord de l'Espagne. Ce modèle voit d'ailleurs la persistance de cette zone dépressionnaire durant au moins 48h sur les mêmes secteurs.

Cela irait dans le sens d'une dégradation méditerranéenne et cévenole (oui, les deux sont envisagés à cette heure) d'intensité significative (rien d'exceptionnel n'est entrevu à cette heure, en raison d'une instabilité atmosphérique qui décroit au cours de l'automne) et surtout durable. Ci-dessous, voici une modélisation brute du modèle CEP concernant les quantités de précipitations modélisées entre fin octobre et début novembre (le timing sera à affiner ultérieurement). Ces valeurs ne SONT PAS A PRENDRE au pied de la lettre : l'échéance est lointaine (1) et les modélisations vont encore évoluer (2).

D'autant que ce scénario, bien que de plus en plus modélisé, n'est pas encore majoritaire ! Le modèle GFS quant à lui voit le système dépressionnaire, mais ce dernier s'enfonce moins franchement sur le proche Atlantique et le nord de l'Espagne. Ceci indique un flux qui est moins courbé au marin, mais plutôt orienté à l'Ouest/Sud-Ouest. De fait, la dégradation se confirmerait aussi sur l'Est du Languedoc, toutefois temporaire et beaucoup plus atténuée. Quelques éléments à retenir à cette heure : une dégradation se confirme pour le week-end (timing approximatif) avec une possibilité d'épisode pluvieux significatif (possibilité, mais non une certitude).

Selon les derniers scénarios, l'Ouest du Languedoc et surtout le Roussillon pourraient rester en marge de cet épisode une nouvelle fois, conduisant à une aggravation de la sécheresse surtout près des Pyrénées-Orientales. Quel que soit le scénario (GFS ou CEP) - c'est la douceur qui va régner en maître sur notre région. 

Partager sur