Prévisions & Suivi en temps réel

De la douceur puis doit on redouter du froid après Pâques ?

Nous connaissons en ce week-end un temps printanier. En effet, notre pays et particulièrement les régions Méditerranéennes se situent actuellement sous l'influence de hautes pressions anticycloniques. Si les nuits sont encore assez fraîches, en raison des inversions thermiques, les après-midis sont à contrario remarquablement douces avec bien souvent près de 20°C en plaine, localement plus encore. Au cours de la semaine à venir, nous allons globalement rester sous cette protection anticyclonique, avec conséquemment un temps printanier.

Comme souvent, le week-end de Pâques pourrait s'accompagner d'un net et brusque changement de temps, avec un risque de nouvelle coulée froide dont nous ne savons pas encore où elle va précisément se situer. Détails ci-dessous. Sur la carte ci-dessous, nous retrouvons la configuration atmosphérique prévue pour lundi 29 mars (début de semaine à venir). On retrouve bien ce dôme de hautes pressions, nous protégeant des perturbations. 

Dans ce contexte, si l'on ne peut exclure la présence de nuages bas/entrées maritimes pour lundi matin sur les plaines de notre région, c'est bel et bien le soleil qui va se maintenir entre demain dimanche et jeudi prochain à minima, avec des brises marines prédominantes mais peu marquées, à 25/30 km/h en après-midi. Dans ce contexte, nous aurons encore des nuits assez fraîches mais sans risque de gel, alors que les après-midis afficheront un net contraste entre le bord de mer, tempéré par les brises marines, et l'intérieur des terres.

Durant cette période, des maximales de 14 ou 15°C sont prévues en bord de mer alors que les thermomètres vont grimper jusqu'à 20°C sur les plaines du Roussillon et probablement 21 à 23°C sur le Languedoc. Les valeurs les plus élevées étant réservées au Gard et à la vallée du Rhône. 

Le changement de temps devrait s'opérer en cours de week-end prochain, voire en début de semaine suivante. En effet, les hautes pressions vont migrer vers le Groenland, avec un blocage temporaire. Dans le même temps, un décrochage polaire tardif va s'opérer par la Scandinavie, avant de descendre progressivement vers l'Allemagne puis de plus en plus certainement vers la France. Il est pour le moment un peu tôt pour savoir où ce drain froid va précisément circuler. Nous misons à cette heure sur le nord du pays, très exposé au risque de gel tardif et à de la neige à basse altitude dans ce scénario.

Néanmoins, de nombreux scénarios voient le froid gagner aussi le sud de la France, dans des proportions à priori moindres mais qui seront tout de même à surveiller avec grande attention. Nous vous en dirons davantage au sein des prochains articles. 

Partager sur