Prévisions & Suivi en temps réel

Coup de froid vers le 20 mars : la France probablement concernée !

Le mot commence à circuler sur les réseaux sociaux et plus largement dans la communauté météo : un coup de froid - possiblement assez intense - pourrait se produire vers le 20 mars. Avant de décrire plus largement ce potentiel, inutile de rappeler que nous sommes à une échéance de 9 jours et que des évolutions vont encore se produire. C'est pourquoi nous abordons cette prévision avec prudence. Toutefois, la majorité des modèles numériques de prévision voient ce coup de froid, ce qui tend à confirmer un signal non négligeable.

Aussi, l'engrenage atmosphérique modélisé est commun et classique : il affiche une probabilité de se concrétiser assez significative en raison d'une circulation météorologique d'ores et déjà favorable. On vous explique tout ci-dessous. On peut voir une carte du modèle GFS pour le 18 mars. Cette carte est évocatrice, en raison d'un rail de hautes pressions entre les Açores et la Scandinavie. Dans le même temps, des décroches dépressionnaires froids à très froids glissent de la Russie vers l'Allemagne. 

Ce scénario, vu également par le modèle CEP depuis plusieurs jours, favorise la mise en place d'un flux d'Est/Nord-Est sur toute l'Europe, avec des températures en très nette baisse de partout. La baisse, peut-être plus modérée, gagnerait également la France et le nord de l'Espagne, par propagation autour du 20 mars. Stricto sensu, la suite du modèle GFS (carte ci-dessous) est remarquable, avec un flux de Nord-Est gagnant tout le territoire, et une goutte froide s'isolant près du golfe de Gascogne.

Si un tel scénario vient à se produire, de la neige va tomber en plaine sur de nombreuses régions et les gelées seront quasiment généralisées. Ce n'est pas ce que nous annonçons de façon catégorique à cette heure, soyons clairs, mais le potentiel est présent, notamment sur nos régions méditerranéennes où il s'agit d'un cas d'école en termes de flux et de circulation atmosphérique. Cas d'école qui va encore bien évoluer au gré des actualisations... C'est pourquoi nous prenons du recul. 

Si on s'intéresse à une approche plus "ensembliste" nous pourrons regarder le modèle saisonnier CFS, pour voir s'il reprend ce signal ou non en termes d'anomalies. Ci-dessous, voici sa modélisation. Il confirme des températures se situant 1°C en moyenne sous les normes de saison pour la dernière décade de mars. Attendons 48h avant de confirmer ou de faire évoluer ce potentiel...

Un scénario qui est suivi par nos services de près, notamment pour les agriculteurs qui pourraient connaître une problématique gel. N'hésitez pas à nous contacter par mail : contact@arhya.fr

Partager sur