Prévisions & Suivi en temps réel

Ce début d'hiver doux exclut-il toute possibilité hivernale pour janvier ?

Crédit carte : wetterzentrale.de

La France est placée depuis plusieurs semaines sous l'influence d'un flux zonal plus ou moins ondulant, apportant de nombreuses perturbations pluvieuses, de courts rafraîchissements et surtout de nombreux redoux tempétueux. Des "effets de foehn" ont été observés sur de nombreuses régions, avec des assèchements et réchauffements soudains de la masse d'air. Si les températures sont anormalement élevées, il n'en demeure pas moins qu'un tel début d'hiver n'a rien d'exceptionnel en soit.

Les flux zonaux étaient légions il y a quelques années. Nonobstant, si nous jetons un œil sur les projections pour l'hiver à venir, le constat est sans appel : douceur, douceur et encore douceur. Le modèle CFS ci-dessous, dont nous présentons la "carte d'anomalies des températures au sol moyennées sur le trimestre Janvier - Février - Mars", simule une anomalie d'environ +0.75/+1°C sur la France et jusqu'à +6/+7°C sur la Russie, ce qui est en soit est EXCEPTIONNEL pour l'Est de l'Europe ! 

Il s'agit bien évidemment d'une modélisation qui va encore évoluer à maintes reprises. Par ailleurs, l'anomalie est calculée en fonction de la "norme saisonnière". Cette carte ne veut pas dire qu'il va faire plus chaud en Russie qu'en France, mais que l'écart aux moyennes sera plus important en Russie qu'en France. Ceci étant exposé, nous rappelons également que les modèles saisonniers ne sont pas très fiables et qu'annoncer un hiver doux dans sa globalité est statistiquement ce qu'il y a de plus probable (la plupart des hivers sont plus doux que la norme).

Remontons un peu nos montres... Décembre 2011, la douceur était déjà bien présente et les modèles saisonniers prévoyaient un hiver également doux/très doux ! Le résultat, c'est qu'en Février une vague de froid remarquable a concerné une bonne partie de l'Europe, dont la France, avec de très fortes gelées jusqu'en Méditerranée. Rien ne laissait présager cela ! Un petit souvenir ci-dessous via le site Infoclimat : 

Bien évidemment, il n'est pas question de dire que nous allons vivre la même situation. C'est tout simplement IMPOSSIBLE à prévoir pour le moment. Néanmoins, la dynamique atmosphérique est sujette à d'importantes variations avec des ensembles météorologiques évoluant très rapidement. En bref, nous misons toujours sur un hiver au-delà des normes saisonnières mais nous restons convaincus qu'une ou plusieurs tentatives hivernales vont nous concerner à un moment ou un autre. Une semaine très hivernale ne remettrait pas en question le constat global pour l'hiver et ce type d'événement n'est pas anticipé par les modèles saisonniers.

Le premier "petit potentiel hivernal" pourrait intervenir en fin de la première décade de janvier 2020. En effet, nous savons à ce jour que l'anticyclone va faire son retour sur l'Espagne et la France. Début janvier, la plupart des scénarios voient cet anticyclone se décaler sur l'Atlantique et les basses pressions plus froides plonger sur l'Europe. L'Europe c'est vaste et l'échéance est lointaine, c'est pourquoi il faut se montrer prudent à cette heure. Conclusion : un hiver doux dans sa globalité peut masquer des anomalies froides et neigeuses temporaires.

Carte : Météociel

Partager sur