Prévisions & Suivi en temps réel

Canicule sur les régions Méditerranéennes : jusqu'à 40°C la semaine prochaine ?

Voilà près de 72h que nous l'évoquons : une nouvelle canicule de forte intensité est probable pour la fin juillet sur la France, plus particulièrement sur les régions Méditerranéennes. Les scénarios divergent encore notamment entre le modèle GFS qui voit un coup de chaleur certes intense mais assez temporaire et le modèle CEP qui est propice à une canicule de forte intensité et durable.

De notre côté, nous misons sur le modèle CEP qui est statistiquement le plus fiable de tous. Par ailleurs, ce dernier est largement suivi par les autres modèles "secondaires" tels que GEM, UKMO ou encore l'ensembliste GEFS. Le contexte météorologique devrait ainsi être caractérisé par l'élévation d'une dorsale anticyclonique sur la totalité de la France dès le 23 juillet, avec un flux de secteur sud apportant des températures entre 22 et 26°C à 850 hPa (équivalent de 1.500 m d'altitude) :

Ces valeurs sont objectivement inférieures à celles observées durant la fin juin 2019 mais relativement similaires à celles observées en août 2003. Par ailleurs, la chaleur s'accumule au fil de l'été dans les basses-couches de l'atmosphère, aidée par des sols qui ne cessent de s'assécher. Tout semble en place pour que les températures maximales s'élèvent vers des niveaux proches des records mensuels absolus.

A compter du 23 juillet, les températures minimales oscilleront entre 21 et 23°C en plaine sur le Languedoc et le Roussillon, 22 à 25°C en bord de mer. Les maximales, quant à elles, pourraient rapidement progresser entre 36 et 39°C sur les plaines intérieures de notre région, localement 40°C. La barre des 40°C serait également atteinte sur le sud-ouest du pays, comme en atteste le modèle CEP ci-dessous :

Jusqu'au 25 juillet 2019, le modèle GFS est en accord avec CEP sur l'intensité de cette chaleur. Par la suite, GFS voit l'arrivée d'une dépression sur le proche Atlantique, induisant un risque d'orages violents sur une bonne partie de la France, ainsi qu'une baisse des températures. Le modèle ECMWF (CEP) voit quant à lui un blocage anticyclonique très solide au-dessus de nos contrées.

La fin juillet serait conséquemment brulante, sur quasiment tout le territoire, avec des pointes fréquemment supérieures à 38 ou 40°C sur tout le sud du pays, localement 42°C près des régions Méditerranéennes et du sud-ouest. Cette canicule pourrait s'inscrire dans une durée importante près de nos régions notamment.

Partager sur