Prévisions & Suivi en temps réel

Bilan de l'hiver 2018-2019

L'hiver météorologique est déjà terminé depuis une dizaine de jours et le mois de mars marque le début du printemps. Il est donc temps de faire le bilan de ce trimestre décembre-janvier-février 2018-2019. Malheureusement, cet hiver n'a pas dérogé à la règle des précédents en étant très doux bien que parfois contrasté. Il a pu nous faire espérer la neige en plaine par moments notamment en janvier mais l'or blanc s'est souvent restreint à des secteurs localisés et a fait beaucoup de déçus. En effet, les indices saisonniers laissaient penser (ou espérer) que notre hiver allait déjouer les statistiques du réchauffement climatique en nous offrant des températures fraiches voire froides.

C'était l'option que nous avions prise, appuyée par un réchauffement stratosphérique majeur dès le mois de décembre laissant pressentir un mois de janvier froid et potentiellement neigeux. Au final, ce premier mois de l'année 2019 fut bien plus frais mais rien d'exceptionnel en soit et il ne fait pas le poids face à décembre et février exceptionnellement doux.

Source : Météo-France

Comme on le remarque ci-dessus, l'hiver s'est découpé en trois parties distinctes. La mois de décembre fut doux avec une anomalie de températures de 2,1°C supérieure à la normale. Le mois de janvier 2019 est rentré dans le rang d'un hiver plus classique avec des températures de saison. Il termine avec une anomalie de 0,3°C inférieure à la normale. Enfin et tout le monde s'en souvient, février 2019 fut historiquement doux et même chaud avec de très nombreux records à la clef. Sur le mois, l'anomalie de températures est de 2,2°C au-dessus des normales. Au final, l'hiver 2018-2019 termine dans le top 10 des hivers les plus doux depuis le début des relevés avec une anomalie moyenne de 2°C sur le trimestre (données Météo-France).

Côté précipitations, l'hiver fut sec après une année 2018 très orageuse et pluvieuse. Le pourtour méditerranéen a été très souvent placé sous le signe du soleil et notamment du vent. On retiendra un épisode de mistral remarquablement long en janvier avec 19 jours de vent consécutifs. L'ensoleillement a donc été très excédentaire sur la France de manière générale.

Source : Météo-France

Après cet hiver remarquablement doux, le mois de mars revient lentement à un temps de saison sur le pays avec des tempêtes se succédant sur le Nord accompagnées de leurs giboulées. Vent, nuages et éclaircies nous concernent avec des températures encore douces pour la saison. En moyenne, cette première décade de mars est 1 à 2°C au-dessus des moyennes de saison selon les secteurs. Au final, si l'on oublie le mois de janvier juste 0,3°C sous les normes, nous continuons d'enchainer les mois plus doux et cela ne semble pas s'arrêter avec des projections printanière plutôt douces.

Restons prudents sur cette tendance pour ce printemps. En effet, les saisons froides et chaudes nous donnent plus d'indices à analyser nous permettant d'établir des prévisions à long terme. Les inter-saisons sont quant à elles bien plus capricieuses et il est difficile de s'y aventurer. Toutefois, si l'on doit regarder les différents modèles de prévisions saisonnières, tous s'accordent pour un trimestre mars-avril-mai plus chaud que la moyenne. Concernant les précipitations, il est encore plus compliqué d'émettre une tendance avec des contrastes d'un mois à l'autre du printemps. En attendant, on surveillera une période potentiellement un peu plus perturbé autour du 18 mars.

Source : Pivotal Weather

Partager sur